Congo-Kinshasa: Meurtre de l'A.G. de Vijana - Dolly Makambo, son chauffeur et consorts condamnés à 10 ans de prison

22 Novembre 2019

Enfin, la Haute Cour Militaire a rendu, hier jeudi 21 novembre 2019, son verdict dans l'affaire du meurtre de l'Administrateur Gestionnaire du Centre de Santé Vijana, dans la commune de Lingwala, feu Belvis Nkunku Ilo, tué en date du 30 octobre 2019 à son lieu de travail. En effet, dans son jugement, cette juridiction a condamné à 10 ans de prison, sans circonstances atténuantes, le ministre provincial de l'Intérieur pour la ville de Kinshasa, Dolly Makambo, pour incitation des militaires à commettre des actes contraires à la loi ou à la discipline.

Etant donné que l'arme du crime appartient à la République Démocratique du Congo et que le policier tueur, le nommé Gaëtan Ekawa alias Ekanga Nyama, toujours en fuite, est un agent de l'Etat commis à la garde d'un haut fonctionnaire de l'Etat, en la personne de Dolly Makambo, l'Etat congolais devrait payer des dommages et intérêts aux parties civiles, essentiellement constituées de deux enfants du défunt, de son père ainsi que de sa tante.

Pour ce faire, la Haute Cour Militaire a décidé que la République paie aux parties civiles des dommages et intérêts équivalant en francs congolais à la somme de 200.000 (deux cents mille) dollars américains à chaque enfant du défunt, soit un total de 400.000 dollars américains. Quant au père du défunt ainsi qu'à sa tante maternelle, il est alloué à chacun la somme de 100.000 dollars américains.

Quant à l'acheteur du terrain querellé du Centre de Santé Vijana, le député honoraire Bakajuraki Kavusa Semey, alias Paluku, il a été condamné à la même peine que Dolly Makambo, soit 10 ans de servitude pénale principale, mais avec circonstances atténuantes. Il lui est reproché un comportement incivique, à savoir l'incitation des militaires à commettre des actes contraires à la loi ou à la discipline à suite de ses intérêts égoïstes. La Haute Cour Militaire n'a pas retenu des dommages et intérêts à sa charge.

En ce qui concerne le chauffeur de Dolly Makambo, le nommé Kamanda Antonio Serge, la Haute Cour Militaire l'a reconnu coupable de plusieurs infractions, notamment le meurtre et l'arrestation arbitraire de Belvis Nkunku Ilo, et l'a condamné aussi à 10 ans de prison, sans circonstances atténuantes. Par ailleurs, il va devoir payer dans le délai de la loi des dommages et intérêts de l'ordre de 50.000 dollars américains à chaque enfant de l'Administrateur gérant du Centre de Santé Vijana, de 20.000 dollars américains à son père biologique et de 20.000 dollars américains à sa tante, soit un total de 140.000 dollars américains.

S'agissant du surveillant du chantier du député honoraire « Paluku », qui revendiquait la propriété de l'espace appartenant au Centre de Santé Vijana, le sieur Akilimani Jacques, il est condamné à 2 ans de servitude pénale principale pour arrestation arbitraire accessoire. Par ailleurs, il doit payer la somme de 100.000 dollars américains aux deux enfants du défunt et de 40.000 dollars américains à ses deux parents.

Il sied de noter que la Haute Cour Miliaire a donné six jours aux différents condamnés pour le paiement des dommages et intérêts aux parties civiles.

Pour ce qui est de la requête du médecin directeur du Centre de Santé Vijana, le docteur Natiti, qui réclamait des dommages et intérêts de l'ordre de 3 millions de dollars américains pour tous les préjudices causés à cette formation hospitalière, la Haute Cour Militaire l'a jugée recevable mais non fondée, pour défaut de qualité.

Quant au policier Gaëtan Ekawa alias Ekanga Niama, actuellement en fuite, qui avait mis fin à la vie de Belvis NKunku Ilo, la Haute Cour Militaire a retenu la peine capitale à sa charge.

Signalons qu'aussitôt après le prononcé du jugement, Dolly Makambo et ses co-accusés présents dans la concession du Palais du Justice ont été conduits manu militari à la Prison militaire de Ndolo, où ils sont appelés à séjourner jusqu'à l'expiration de leurs peines.

Nous avons appris, dans le cercle des avocatsde la défense, qui avaient plaidé non coupables pour leurs clients, du début à la fin du procès, qu'ils se proposeraient de former un pourvoi en cassation au niveau de la Cour de cassation. Dorcas NSOMUE

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.