Sénégal: Impact environnemental, aspect genre, vente de matières premières... - De nouvelles exigences de la norme itie 2019

22 Novembre 2019

La nouvelle norme de l'initiative pour la transparence dans les industries extractives (ITIE 2019) va entrer en vigueur le 1er janvier 2021. De nouvelles exigences ont été introduites dans cette norme. Il s'agit notamment de la déclaration sur l'impact environnemental, la prise en compte de la dimension genre et sur la vente de matières premières. L'annonce a été faite hier, jeudi 21 novembre par la présidente du comité national de l'Itie, Awa Marie Coll Seck, lors de l'atelier de mise à niveau des parties prenantes sur la norme Itie 2019.

La nouvelle norme Itie 2019 adoptée par le conseil d'administration de l'Itie va entrer en vigueur le 1er janvier 2021. Cette nouvelle norme met l'accent sur une divulgation plus systématique des données Itie en vue de les inscrire dans un processus d'information par défaut et non plus seulement dans les rapports Itie. Cette nouvelle norme 2019 contient des exigences en termes de transparence des contrats, d'environnement et d'égalité en matière de genre.

«On a beaucoup parlé de contrats, de paiements mais on pense aujourd'hui beaucoup plus à l'impact des industries extractives sur l'environnement et sur la vie des populations. Ainsi, des propositions ont été faites pour introduire de nouvelles exigences comme par exemple, celle qui a trait à l'impact environnemental. Nous savons que dans beaucoup d'industries extractives, quand on a terminé une exploitation, on se retrouve devant des impacts environnementaux qui pourraient poser des problèmes aux populations», relevé la présidente du comité national de l'Itie Dr Awa Marie Coll Seck. Elle s'exprimait hier, jeudi 21 novembre, lors de l'atelier de mise à niveau des parties prenantes sur la norme Itie 2019.

La prise en compte de l'aspect genre dans l'exploitation des ressources extractives constitue une autre exigence de la nouvelle norme Itie 2019. «Quand on parle de contenu local, il faudrait que les femmes soient prises en compte dans les répercutions et les bénéfices de l'exploitation de mine, de gaz ou de pétrole. Donc, dans le contenu local, si on utilise une main d'œuvre, des prestations et des services, il faut qu'on s'assure que les femmes sont bien impliquées. Nous avons aussi beaucoup d'autres exigences comme par exemple les contrats, la vente de matières premières qui ont été approfondies», indique-t-elle.

Par ailleurs, la présidente du comité national Itie a annoncé la validation du Sénégal à cette nouvelle norme pour 2021. «Toutes les recommandations qui ont été faites par la validation antérieure devront être mises en œuvre. Il ne s'agira plus de savoir combien payent les entreprises, mais, il faudra savoir à qui est destiné ces fonds et également comment cela est utilisé. Nous allons donc devoir être jugés essentiellement sur le rapport que nous allons faire en 2020. C'est-à-dire, ce que nous vivons en 2019», précise-t-elle.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.