Cameroun: Violence en milieu scolaire - Un cadre du Minesec demande des États généraux

22 Novembre 2019

Inquiet quant à la montée sans cesse croissante du phénomène de violence au sein des établissements d'enseignement secondaire, un cadre du ministère camerounais des Enseignements secondaires ( Minesec), appelle le gouvernement camerounais à tenir " en urgence", les États généraux, histoire de poser les vrais diagnostics, et endiguer le phénomène.

Depuis plusieurs années, la violence au sein des établissements d'enseignement secondaire au Cameroun, est devenu un fléau qui fait pourtant des morts, mais laisse presque indifférents, les autorités gouvernementales.

Un élève du lycée bilingue de Deido ( Douala) poignardé à mort au mois de mars dernier, par ses camarades, dont un qui était déjà pourtant exclu de l'école. La plupart du temps, l'on se contente de petites mesures administratives inefficaces, sur fond de propagande politique.Pour ce cadre du ministère des Enseignements secondaires, il faut tenir " en urgence ", les États généraux pour lutter contre la violence en milieu scolaire secondaire. Un phénomène qui s'observe essentiellement dans les établissements d'enseignement secondaire publics et laïcs du Cameroun. La discipline, la rigueur et la sécurité étant nettement meilleure dans les établissements confessionnels.

Il ne se passe plus une semaine sans qu'un élève ait agressé son professeur, son camarade, ou alors, sans qu'un parent très remonté de voir son enfant puni, venir à l'école, rosser les responsables de l'établissement ayant sanctionné son rejeton insolent et indiscipliné.

Vivement que soit entendue, la voix de ce cadre du Minesec, lequel en appelle à la tenue des États généraux.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Camer.be

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.