Togo: L'éligibilité n'est pas tout

22 Novembre 2019

Fruit d'un consensus réunissant 194 gouvernements et lancé fin 2011, le Fonds vert pour le climat (FVC) est le mécanisme financier de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.

Le Fonds a pour objectifs de limiter ou de réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement et d'aider les communautés vulnérables à s'adapter aux impacts déjà ressentis des changements climatiques.

Il entend apporter une contribution ambitieuse à la réalisation des objectifs d'atténuation et d'adaptation de la communauté internationale, dans le but de maintenir l'élévation moyenne de la température de la planète en dessous de 2 °C.

Au fil du temps, le FVC devrait s'imposer comme le principal mécanisme financier multilatéral destiné à soutenir les mesures en faveur du climat dans les pays en développement.

Le FVC a déjà levé l'équivalent près de 12 milliards de dollars pour financer des projets d'adaptation et d'atténuation dans les pays en développement.

Le Togo peut prétendre bénéficier de subventions ; encore faut-il qu'il formalise ses demandes de manière cohérente.

Un programme visant à améliorer l'accès au Fonds vert pour le climat a été lancé vendredi à Lomé par David Wonou Oladokoun, le ministre de l'Environnement.

Il doit permettre aux pouvoirs publics de renforcer leurs capacités à soumettre des projets alignés sur les priorités et les objectifs visés par le FVC.

'Ici, les changements climatiques menacent de manière significative les conditions de vie des populations urbaines et rurales, la survie des écosystèmes fragiles, le développement de l'agriculture', a déclaré le ministre.

Il a reconnu que les problèmes d'accès aux financements étaient liés au manque de connaissances sur les procédures et exigences pour développer des projets bancables auprès des bailleurs.

Ces manquements seront corrigés', a-t-il promis.

Tous les pays en développement, qui sont des Parties à la Convention, sont éligibles à un financement du FVC.

Le Fonds offre aux pays bénéficiaires un accès aux financements par le biais d'entités de mise en œuvre nationales et infranationales dûment accréditées, et d'intermédiaires (incluant des ONG, ministères, banques de développement nationales et autres organisations nationales ou régionales qui répondent aux normes du Fonds).

Les pays peuvent également accéder aux financements par le biais d'entités internationales ou régionales accréditées, telles que les banques de développement multilatérales et régionales, et les agences du système des Nations-Unies.

Des structures du secteur privé peuvent elles aussi être accréditées comme instrument de mise en œuvre.

Certains fonds sont distribués par le biais d'un 'accès direct renforcé' (ADR), qui permet à des institutions accréditées et basées dans des pays en développement de recevoir des financements du FVC et de décider de l'allocation de ces ressources.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.