Afrique: Somaliland - RSF dénonce la multiplication des attaques contre les médias indépendants

communiqué de presse

Reporter sans frontières (RSF) condamne la fermeture de l'une des principales télévisions indépendantes de l'état autoproclamé indépendant du Somaliland et l'arrestation de son directeur, et dénonce les tentatives de plus en plus fréquentes des autorités locales de réduire au silence les journalistes.

Deux mois après l'intervention des forces de police dans les locaux de Horyall TV pour ordonner sa fermeture et arrêter son directeur, c'est au tour de la chaîne de télévision Horn Cable TV de subir le même sort. Le 18 novembre, vers 9 heures du matin, des officiers du département d'enquêtes criminelles se sont présentés dans les bureaux de la chaîne à Hargeisa et ont ordonné sa fermeture puis arrêté son directeur Abdikadir Saleban Asayr. Le lendemain, un tribunal de Hargeisa a invalidé l'ordre de suspension de la chaîne, mais approuvé le maintien du directeur en détention provisoire pendant 7 jours. Les motifs de son arrestation ne sont pas encore clairement connus. La chaîne faisait déjà l'objet d'une plainte du ministre de l'aviation civile du Somaliland après la diffusion d'un reportage critiquant la gestion de l'aéroport d'Hargeisa et les licenciements de plusieurs de ses employés.

"C'est la deuxième fois en deux mois qu'une chaîne de télévision indépendante est fermée par les forces de sécurité, et que son directeur est arrêté, dénonce Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Les autorités locales exercent une répression très forte contre les journalistes dès qu'ils mettent en cause les autorités. RSF demande la libération immédiate et sans condition du journaliste arrêté et la reprise des programmes de sa chaîne de télévision".

En juin dernier, RSF dénonçait déjà la fermeture de deux chaînes de télévision, Horyaal TV et Eryal TV, ayant vu, de la même manière, plusieurs officiers de police débarquer dans leurs locaux pour ordonner leur fermeture. En septembre, Horyall TV avait été une nouvelle fois fermée et son directeur Mohamed Osman Mire Sayid incarcéré. Depuis le début de l'année 2019, au Somaliland, cinq médias ont été fermés et une vingtaine de journalistes arrêtés.

Les détentions arbitraires des journalistes restent encore fréquentes dans le pays. Le reporter pigiste Abdulkadir Barre Moallim est emprisonné depuis le 25 septembre. Le journaliste avait été interpellé après avoir couvert une conférence de presse rassemblant des opposants politiques de l'actuel président de la région de Bay, au sud-ouest du pays. RSF a alerté le Premier ministre somalien Hassane Ali Khayre sur ce cas de détention arbitraire et demandé son intervention pour y mettre fin lors d'une audience à Paris le 12 novembre 2019.

La Somalie occupe la 164e place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par RSF

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RSF

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.