Tunisie: Moncef Marzouki annonce son retrait de la vie politique

Tunis — L'ancien président de la République tunisienne, Mohamed Moncef Marzouki, a annoncé, dimanche soir, son retrait de la présidence du parti Al-Harak et de la vie politique.

Il a expliqué, dans une lettre publiée sur sa page officielle Facebook, avoir pris cette décision suite à l'échec lors des dernières élections.

"Toutefois, je resterai engagé envers les causes du peuple", a-t-il souligné.

Lors de l'élection présidentielle de 2019, Marzouki a occupé la 11ème place (2,97 des voix) parmi 26 candidats alors que son parti Al-Harak n'a eu aucun siège au parlement.

Marzouki a commenté, dans sa lettre, la situation politique actuelle. Il a remis en doute la capacité du pouvoir, "même s'il le veut", à réussir, seul, la lutte contre la corruption "compte tenu des coercitions des alliances politiques qui résultaient des dernières élections législatives", selon ses dires.

Il a appelé ce qu'il nomme "le peuple des citoyens" à déclarer "la guerre à la corruption et à se mobiliser pour extirper ce cancer qui menace son droit à une vie décente".

Pour mémoire, Moncef Marzouki est le 4ème président de la République tunisienne. Il a été auparavant un politicien opposant au régime de Zine El Abidine Ben Ali (1987-2011) et un défenseur des droits de l'homme. Il détient un doctorat en médecine et a écrit des ouvrages sur les droits, la politique et la pensée en général.

Il a fondé et présidé, depuis le 13 décembre 2011, le parti du Congrès pour la République, jusqu'à son accès à la présidence de la République.

Après sa perte aux élections présidentielles de 2014, au deuxième tour, face au candidat de Nidaa Tounes, le défunt Beji Caid Essebsi, Moncef Marzouki a fondé, fin 2014, le Mouvement du peuple des citoyens avant de lancer, le 20 décembre 2015, le parti "Harak Tounes Al Irada".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Tunisie

Plus de: Tunis Afrique Presse

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.