Congo-Kinshasa: Santé, éducation, développement durable et consorts - Le Député Sosthène Maombi appelle les dirigeants à la crainte de Dieu dans la gestion de la res publica

Dans sa réflexion, l'élu du peuple tire la sonnette d'alarme et invite les acteurs politiques à craindre le Dieu Tout- Puissant dans la gestion de la res publica. Pour Sosthène Maombi, il est temps que les politiques œuvrent pour l'intérêt général du peuple congolais.

Dans sa vision axée sur les stratégies efficaces et durables du développement en RDC, ce Député National élu dans la circonscription électorale de Lubero appelle le Gouvernement à mettre un accent particulier sur le développement de la population rurale notamment, sur la promotion de l'agriculture, de la pêche et de l'élevage. Le pays étant constitué en majorité par les populations de basse classe, il est impérieux selon lui que les actions majeures du Gouvernement Ilunga Ilunkamba soient axées sur les secteurs qui touchent leur vie et leurs milieux respectifs. A ce titre, il faudra également veiller sur l'ouverture et la maintenance de desserte agricole afin d'augmenter la productivité des produits.

Ci-dessous, l'intégralité de cette réflexion :

D'une vision, un programme, des stratégies efficaces et durables

En cette période du débat général en vue de la recevabilité et de l'adoption du budget 2020 par l'Assemblée Nationale, le Député National, Maombi Katsongo Sosthène, élu de la électorale de Lubero, tout en félicitant les membres du Gouvernement pour la prévision qui a presque doublé de 9.604.890.657.737 Francs Congolais pour l'exercice 2019 à 16.895.755.109.915 FC pour l'exercice 2020, insiste sur une analyse approfondie des causes du sous-développement de notre pays. L'élu du peuple insiste également sur l'interpellation de la conscience personnelle de tout congolais en commençant par les hommes politiques, religieux, les scientifiques, les agents et fonctionnaires de l'Etat. L'Honorable Maombi Sosthène souligne que la République Démocratique du Congo dispose presque toutes les potentialités nécessaires pour son développement et le bien être de sa population. Cependant, il manque dans le chef des gestionnaires en différents niveaux un élément essentiel et très indispensable à savoir la crainte de l'Eternel. En effet, l'Honorable Maombi Sosthène pense qu'en plus de toutes les théories de gestion (politique, économique, administrative,... ), la crainte de l'Eternel qui doit caractériser les responsables reste une stratégie incontournable et une garantie pour la bonne marche du pays, et donc le développement socio-économique.

Pour une bonne exécution et matérialisation du programme du Gouvernement de la République, le Député National appelle au bon sens des responsables des institutions du pays (la Présidence, l'Assemblée Nationale, le Sénat et le Gouvernement) en vue de la restauration de la place et la crainte de l'Eternel dans ce pays.

L'élu de Lubero met un accent sur le fait que toute politique du développement réussie doit placer l'homme au centre ; elle doit donc concerner « tout l'homme et tout homme ». La RDC étant constituée en majorité de la population de la basse classe habitant les milieux ruraux, les gros des actions gouvernementales doivent être réalisés dans les secteurs qui touchent de manière directe leur vie, dans leurs milieux respectifs.

Il s'agit essentiellement de la promotion de l'Agriculture, de la Pêche et de l'Elevage en organisant leur fière, c'est-à-dire de la production à la transformation en passant par le conditionnement jusqu'à la consommation. La réussite pourra se manifester par la baisse du taux de la dépendance alimentaire extérieure. Le Gouvernement de la République devra décourager les importations des denrées alimentaires et valoriser les produits agricoles locaux en organisant le marché dans les grands centres de consommation et désenclavant les milieux de production.

L'ouverture de la maintenance des routes de desserte agricole en ajoutant la rubrique « Rémunération des Cantonniers » comme une innovation de ce budget constituent des atouts fondamentaux. En effet, une des limites de la stratégie de péage route, c'est que les travaux de maintenance dépendent du taux de fréquentation de la route par les véhicules. La rémunération des cantonniers viendra suppléer à cette stratégie et ne concernera à mon vis que la fonction et non la personne. L'eau étant une denrée alimentaire indispensable à la santé, plusieurs villages de pays restent malheureusement sans être desservis en eau potable alors que les sources existent. Le Gouvernement de la République devra équiper le service d'hydraulique rural et faire sans relâche pour s'assurer de l'impact socio-économique de cet investissement.

L'enseignement de base à travers la gratuité reste une option soutenue par l'Honorable Maombi Sosthène. Néanmoins, sa matérialisation pose encore des problèmes. Les grèves ont déjà commencé dans plusieurs coins de la République. Il y a doute que l'ennemi de la paix ne récupère cette situation pour déstabiliser le pays. Raison pour laquelle j'insiste la régularisation de la situation des enseignants NP et NU déjà enregistrés ainsi que des écoles en attente des autorisations de fonctionnement ; la libération en temps et de manière régulière des frais de fonctionnement des écoles, telles sont des conditions de stabilité de ce secteur.

Pour l'unité du pays, une bonne communication et l'échange interprovinciaux, l'interconnexion des routes aux chefs-lieux des provinces restent une nécessité tant souhaitée par la population.

La pauvreté a obligé nos populations à développer l'automédication et la phytothérapie à domicile. La conséquence c'est qu'on enregistre un taux de mortalité élevé dans la communauté, et les maladies graves affaiblissant le corps humain. Alors que les mutuelles de santé seraient une approche facile d'accès aux soins de santé primaire, on ne le voit pas de manière claire dans le budget. Les milieux à prédominance paludique devraient bénéficier dans ce budget des infrastructures de transfusion sanguine et la gratuité des soins surtout à l'Est du pays, victime de l'insécurité et où plusieurs maladies se compliquent par l'anémie surtout lorsque la prise en charge se fait en retard.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.