Congo-Kinshasa: François Grignon - On ne peut pas participer aux opérations des FARDC s'ils ne nous invitent pas»

communiqué de presse

La MONUSCO ne peut pas participer à l'offensive lancée par les FARDC contre les rebelles des ADF au Nord-Kivu si l'armée congolaise ne l'y invite pas. François Grignon, représentant spécial adjoint du Secrétaire général de l'ONU chargé de la protection et des opérations a apporté cette précision dimanche 24 novembre à Kinshasa. Il réagissait ainsi à la suite des manifestations des jeunes de Beni, qui accusent la MONUSCO d'inaction depuis le début de cette offensive le 30 octobre dernier.

Ce sont des opérations que les FARDC ont voulu comme étant nationales, sans soutien, sans planification, sans exécution conjointe avec la MONUSCO

Intervenant sur à Radio Okapi, François Grignon a déclaré :

« On ne peut pas participer aux opérations des FARDC si les FARDC ne nous invitent pas à y participer. Les opérations qui étaient lancées le 30 octobre sont des opérations que les FARDC ont voulu comme étant nationales, sans soutien, sans planification, sans exécution conjointe avec la MONUSCO. »

C'est le droit de l'armée nationale et la mission onusienne ne peut pas s'imposer dans une situation opérationnelle pour des opérations offensives, selon lui.

Au cours de ces opérations, la MONUSCO est venue cependant en appui pour évacuer les blessés, pour partager des renseignements éventuels. « Nous sommes prêts à utiliser nos moyens d'attaque - soit aériens - et la puissance de feu qui existe dans la mission, à partir du moment où on identifie des cibles militaires claires », a-t-il poursuivi, insistant sur la nécessité d'éviter de faire plus de victimes parmi les civils.

« Penser que nous puissions mener des opérations unilatérales sur un théâtre où vous avez déjà les FARDC qui opèrent, c'est complétement illusoire. Vous risquez d'avoir des incidents entre forces amies », a souligné M. Grignon.

A La Une: Organisations Internationales et l'Afrique

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.