Congo-Kinshasa: Adf-Nalu et M 23 - Rebelles ougandais ou agents de la balkanisation du Congo ?

26 Novembre 2019

Qui est derrière ces rebelles de l'Adf-Nalu ? Il ne se passe pas un jour sans que ces hordes des criminels n'aient massacré des compatriotes habitant les territoires du Nord-Est de la République. Ils opèrent régulièrement sans être inquiétés le moins du monde avant de disparaitre sans laisser des traces.

A part des destructions méchantes, des pillages, des déplacements massifs des populations civiles non armées, des villages dévastés, des espaces cultivables dévastés et des récoltes détruites gratuitement.

C'est pratiquement depuis deux décennies que ces éléments armés par on ne sait qui répandent la désolation, la mort et les épidémies dans cette partie du territoire national et curieusement sans être poursuivis par les troupes de la Monusco et encore moins des Etats voisins de l'Est.

Balkanisation de la RDC ?

Franz-Fanon, le penseur et anthropologue antillais avait peut-être touché du doigt la cause des convoitises de certaines puissances occultes fort intéressées par les richesses minérales de ce pays aux dimensions continentales en déclarant la main sur le cœur que l'Afrique a la forme d'un revolver dont la gâchette se trouve placée au Congo.

L'insécurité est là depuis le lancement de cette guerre pour traquer les « Interahamwe » hutu par le régime du Front Patriotique Rwandais que le Congo de Lumumba est l'objet des multiples invasions et agressions armées par les deux Etats voisins de l'Est, à savoir le Rwanda et l'Ouganda.

Comment se fait-il que ces éléments irréguliers armés ne se contentent que de massacrer, piller, détruire et faire déplacer des populations civiles de la RDC en évitant d'en faire autant chez eux alors qu'ils se présentent comme des mouvements politico-militaires ? On sait habituellement que le but de toute rébellion armée consiste à combattre et à vaincre l'armée nationale pour installer un autre pouvoir à la tête de l'Etat agressé et occupé, car ayant perdu la guerre.

Or, comme on le vit depuis trois décennies, les éléments de l'ADF-Nalu et du M.23 viennent de l'Ouganda et du Rwanda pour agresser le Congo, détruire, piller, massacrer des populations civiles non armées avant de prendre le large, dans les forêts congolaises.

Ce qui fait croire à bon nombre d'observateurs que ces éléments de l'ADF-Nalu ne sont là que pour préparer et dégager le terrain en faveur des populations étrangères, notamment des Eleveurs Mbororo venant du Tchad, Sud Soudan et probablement du Sahel pour occuper petit à petit des pans entiers du territoire national. D'autres peuples locuteurs des langues kinyarwanda et Kirundi se préparent à occuper une bonne partie du pays car attirés par les richesses minérales, climatiques, aériennes, du sol et du sous-sol. D'autant qu'il a été établi que le Congo peut nourrir deux milliards d'êtres humains.

On sait en outre que le lac Tchad est menacé par un assèchement de ses eaux, et certains esprits véreux ont les yeux tournés vers les eaux douces dont regorgent les innombrables cours d'eaux congolaises dont la rivière Oubangui.

Hypocrisie des régimes ougandais et rwandais

Qui est derrière ces assaillants ? Qui les financent, leur fournissent des armes, munitions, appuis diplomatiques et territoires de replis ? Il y a dix ans, grâce aux éléments tanzaniens et zimbabwéens de la Monusco, appuyés au sol par des troupes des FARDC commandés par feu le Colonel Ndala d'heureuse mémoire, on avait assisté à la déroute les rebelles du M 23 aux environs des montagnes de Chanzu, près de Bunagana. Les opérations de ratissage avaient révélé des tunnels sur les montagnes frontalières avec le Rwanda, remplies des caches d'armes. Une preuve, s'il en faut une, que c'est le Rwanda et l'Ouganda qui leur avaient fourni cet appui militaire dont notamment des instructeurs et experts militaires provenant de leurs armées régulières.

La recrudescence de ces mouvements de rébellion de l'ADF-Nalu répond de la même stratégie et surtout de l'hypocrisie des dirigeants de ces deux Etats, lesquels ne respectent jamais leurs signatures.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.