Congo-Kinshasa: Mise au point du MNS sur les sanctions contre le M23

26 Novembre 2019

Voulant couper court à la désinformation à propos de sa lettre adressée à l'Auditeur général des FARDC, le MNS a tenu, dans un communiqué publié lundi 25 novembre 2019 au sujet de la polémique suscitée par sa lettre adressée à l'Auditeur général des Forces Armées de la RDC (FARDC) ouvrant la voie à une réintégration des ex-rebelles de M 23, le comité exécutif du Mécanisme National de Suivi (MNS), à faire une mise au point. Il s'agit d'une demande de suspension des mandats d'arrêts contre certains ex M23 et non pas de retrait.

Pour le Mécanisme National de Suivi, il n'est nullement question de retrait de mandats d'arrêt contre tous les combattants de l'ex-M23. Le comité exécutif du Mécanisme National de Suivi a tenu à informer l'opinion nationale et internationale que sa démarche consiste en une demande de suspension des mandats d'arrêt contre certains membres de l'ex M23 et non pas de retrait.

Selon ce communiqué, c'est cela même de la lettre des termes d"engagement visant à booster le processus de résolution définitive de la question des déclarations de Nairobi de 2013 et que le soutien du Mécanisme National de Suivi à la lutte contre l'impunité ne sera pas affecté. Le Mécanisme National de Suivi soutient fermement la lutte contre l'impunité conformément aux engagements nationaux souscrits aux termes de l'Accord cadre d'Addis-Abeba, dans la perspective d'une paix véritablement juste et durable suivant la vision de Félix Tshisekedi.Par ailleurs, le Mécanisme national de suivi a précisé qu'une mise au point est projetée dès le retour de son coordonnateur en mission à l'étranger. Pour rappel, l'accord de Nairobi signé en décembre 2013 mettait un terme à l'existence du M23 en tant que groupe armé et déterminait les modalités de mise en œuvre du désarmement, de la démobilisation et de la réinsertion sociale des ex-combattants M23. Yves Kadima

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.