Burkina Faso: L'Opposition exige la levée du secret-défense sur le budget de l'armée

26 Novembre 2019

L'opposition politique dit avoir pris connaissance de la note du Chef d'État major général des armées qui suspend l'examen des demandes de démissions et de disponibilité. Selon elle, c'est « très grave » car cette note révèle que de nombreux membres de forces de défense et de sécurité sont en train de quitter les rangs.

« C'est le lieu pour l'opposition politique de lancer un appel solennel à tous les membres de nos forces de défense et de sécurité, pour leur demander de ne pas abandonner le navire dans ces moments difficiles pour la vie de la nation.

Nous sommes conscients que nos FDS se battent dans des conditions très difficiles pour assurer notre sécurité à tous mais quelle que soit la difficulté de la tache, il y va de l'existence de notre république » a affirmé le président de la Nafa.

Ayant jugé que dans la situation actuelle aucune main n'est de trop, l'opposition dit ne pas être contre le principe de recruter des volontaires de la défense.

Toutefois, elle déplore que jusque la, aucune disposition juridique n'ait été prise pour encadrer l'initiative, « ce qui démontre l'impréparation et le tâtonnement qui entourent l'idée ».

Aussi, l'opposition politique s'insurge contre l'interdiction qui est faite au Contrôleur général d'Etat, Luc Marius Ibriga et à ses collègues de l'Autorité supérieure de contrôle d'État et de lutte contre la corruption (ASCE\LC) de faire l'audit des comptes du ministère de la défense.

Sur ce, elle réitère sa demande, que les équipes de l'ASCE/LC aient accès aux dossiers du ministère de la défense car, d'ailleurs l'institution audite chaque année les comptes de la présidence du Faso, dont les activités sont supposées être plus confidentielles que celles de n'importe quel ministère.

D'après Mamoudou Dicko , cette demande est plus que jamais pressante car , le numéro 812 de « La lettre du continent », révèle « que toutes les fins de semaine, le président Kabore part boire du champagne chez son ami marchand d'armes , Rafi Dermardirossian ».

Ce dernier serait un homme d'affaire franco- libanais qui a facilité l'achat l'année dernière, d'un hélicoptère de combat pour l'armée burkinabè. Quelles sont les compétences de M.Dermardirossian?

Combien a coûté cet hélicoptère et toutes les autres armes lourdes payées avec lui? Où se trouve cet hélicoptère de combat lorsque les soldats au front ont besoin de renfort aérien? Telles sont les questions parmi tant d'autres que l'opposition se pose. De ce fait, elle exige la levée du secret de défense sur le budget de l'armée.

« Depuis un certain temps , des rumeurs savamment distillées par des laboratoires du MPP , font croire à l'opinion publique que le président du Faso a refusé de renouveler des contrats militaires et financiers avec la France pour une période de 75 ans, il s'agit d'un gros mensonge

Ceux qui véhiculent cette propagande doivent savoir que le MPP est arrivé au pouvoir grâce à François Hollande et à deux chefs d'État de la sous région, membres comme lui de l'international socialiste » a fait savoir M.Dicko s'agissant de cette rumeur .

S'agissant de la sortir médiatique de la majorité présidentielle sur « l'accusation » portée sur Djibril Bassolé, les conférenciers estiment que le MPP a « perdu les pédales » en affirmant par son vice président Clément Sawadogo que celui qui veut des preuves doit aller voir Djibril Bassolé car, c'est lui qui détiendrait la liste des terroristes.

« Si Clément Sawadogo accuse Bassolé, il doit lui même se reprocher quelque chose. Il fut le tout puissant ministre de l'administration territoriale de Blaise Compaoré .

A ce poste, s'il y a des terroristes, forcément on est associé. Dans sa logique à lui, il est donc responsable de la situation actuelle et détient aussi la liste des terroristes » dixit M. Dicko qui a souhaité que la justice l'entende à cet effet.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.