Maroc: Vibrant hommage à Mohamed Qissi - La star marocaine de Hollywood

Un vibrant hommage a été rendu lundi soir, à la cité ocre, à la star marocaine à Hollywood, Mohamed Qissi, en marge de la 4ème édition du Festival Marrakech pour l'échange des cultures.

Cet acteur, réalisateur, scénariste et cascadeur belgo-marocain, qui prône la tolérance et l'ouverture sur les autres cultures, s'est dit très heureux de cet hommage au Maroc, son pays natal et la terre de la cohabitation et du vivre-ensemble. Concernant son dernier film "Bara", dont il est le réalisateur, il a indiqué que c'est une œuvre cinématographique tirée d'une histoire vraie, relevant que ce film vise à démontrer la vraie image de l'islam : celle d'une religion de la paix, du respect et de l'amour. "Dans cette œuvre cinématographique, nous avons introduit des scènes d'arts martiaux notamment le kata afin d'encourager les jeunes à pratiquer tous les sports, et les éloigner de la drogue et de l'extrémisme", a-t-il ajouté.

Né à Oujda en 1962, Mohamed Qissi immigre en France puis en Belgique où il commence la boxe à l'âge de sept ans. En 1982, il rejoint les Etats-Unis pour y tenter une carrière d'acteur. Il obtient son premier rôle en 1984, dans Break Street 84 (Breakin's). Il enchaîne les rôles dans plusieurs films hollywoodiens à grands succès ("Bloodsport", "Kickboxer", "Full Contact", entre autres). Il est devenu célèbre grâce notamment à ses rôles dans des films d'action où il donne la réplique à son ami Jean Claude Van Damme.

Après une longue carrière à Hollywood, Mohamed Qissi revient en Belgique, où il participe à des projets sociaux destinés à la jeunesse défavorisée et en 2002, il retourne au Maroc, son pays natal. Il s'engage dans des projets sportifs à destination des jeunes, et travaille pour le cinéma marocain.

Initiée par l'Association Moulay Ali-Sharif pour la culture, le patrimoine et le développement en partenariat avec la communauté juive de Marrakech, sous le thème "Le Maroc, un pays de tolérance, de dialogue et de cohabitation entre les différentes cultures et religions", la 4ème édition du Festival Marrakech pour l'échange des cultures est rehaussée par la participation de personnalités associatives, diplomatiques, religieuses et culturelles issues de plusieurs pays.

Au programme de cette édition qui se poursuit jusqu'au 27 novembre courant, figurent des visites au Mellah, à l'église de Marrakech, à des sites historiques de la ville de Marrakech, une compétition des courts-métrages et des films documentaires, une compétition du caftan marocain et de beauté féminine, une exposition d'arts plastiques, des hommages rendus à plusieurs personnalités et des conférences avec la participation d'experts spécialisés dans le dialogue des civilisations.

Bouillon de culture

Formation

Des sessions de formation sur les techniques théâtrales et la dramaturgie sont organisées, du 26 au 30 novembre courant, à la Maison des jeunes Arset Lhamed de Marrakech, au profit des cadres et animateurs des Maisons de jeunes. Encadrées par l'Association Issil pour le théâtre et l'animation culturelle et soutenues par la Fondation Drosos, ces formations s'inscrivent dans le cadre du projet "Les jeunes et le théâtre et la participation civile". Créée en 2003, la Fondation Drosos, dont le siège est à Zurich, a pour vocation d'aider les enfants, les adolescents et les jeunes adultes défavorisés à prendre leur vie en main et à apporter une contribution positive au sein de leur communauté.

Conférence

L'Institut français de Marrakech accueille le 6 décembre prochain, une conférence internationale sous le thème "La Méditerranée : Les défis culturels au 21è siècle" avec la participation de plusieurs enseignants-chercheurs et intellectuels marocains et français. Les participants à cette rencontre tenteront de répondre à plusieurs questions, dont "Y a-t-il un Sud ou est-ce une notion relative?", "Pourquoi la géopolitique utilise-t-elle ce vocabulaire?", "Faut-il une pensée méditerranéenne ou une pensée du Sud comme le dit Edgar Morin?", "De quelle manière la lecture de la Méditerranée peut-elle nous éclairer aujourd'hui ?", "Quel pourrait être l'apport de la Méditerranée à l'élaboration d'une telle pensée ?" et "Est-ce que la Méditerranée est condamnée à devenir le musée du monde ou le berceau d'un troisième âge ?".

A La Une: Maroc

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.