L'optimisation et l'utilisation innovante des terres sont essentielles à la transformation économique de l'Afrique, selon Ali Mufuruki

26 Novembre 2019

Abidjan, Côte d'Ivoire — L'Afrique doit repenser la manière dont elle utilise ses ressources en terres pour garantir l'optimisation et l'utilisation innovantes qui contribueront à stimuler la transformation économique du continent, déclare Ali Mufuruki, Président et PDG d'Infotech Investment Group LTD, de Tanzanie.

Lors de l'édition 2019 de la Conférence sur les politiques foncières en Afrique, M. Mufuruki indique que l'avenir des populations africaines dépend de la capacité de ses dirigeants à se concentrer sur les défis les plus importantes, en particulier les investissements créateurs d'emplois.

La terre, dit-il, est essentielle à la croissance économique, la sécurité alimentaire et la réduction de la pauvreté sur tout le continent, mais l'attribution de titres n'est pas aussi importante que celle préconisée par de nombreux acteurs du secteur foncier.

« J'estime que nous avons trop investi pour tenter de corriger les torts et les bouleversements historiques causés par la violence, le climat et les accidents survenus au cours de l'année. Dans nos efforts de restitution, il semble que nous ayons pensé que la solution à nos problèmes consiste à céder des terres à des particuliers, car naturellement, les êtres humains aiment s'accaparer, et plus ils en ont et mieux ils se sentent », affirme M. Mufuruki.

Il dit que tout le monde ne s'intéresse pas à l'agriculture, ajoutant que les abondantes ressources terrestres du continent peuvent être utilisées de manière optimale pour d'autres investissements générateurs de revenus dans le tourisme et les mines, par exemple.

« Diviser une terre en un milliard d'individus peut ne pas être utile, car tous ceux qui veulent une terre n'ont pas la capacité de la transformer de manière économique. Certaines personnes ont juste besoin d'un logement. Avec la nouvelle élite distributive au sein de nos pays, la terre n'est devenue qu'un instrument de contrôle politique et social », révèle M. Mufuruki.

Il déclare que l'Afrique a négligé le fait que la terre signifie plus « que l'obtention d'un document disant que vous en êtes le propriétaire ».

« En Allemagne, par exemple, la terre est une source de richesse énorme pour la société, pas seulement pour les individus comme on le voit en Afrique. C'est pourquoi en Europe, si vous utilisez la terre de manière à nuire à autrui, les gens ont le droit de vous poursuivre en justice », affirme l'homme d'affaires tanzanien.

Il dit qu'il est regrettable que l'Afrique, avec 60% des terres inutilisées dans le monde, soit la plus affamée.

« Comment pouvons-nous être riches en terres mais pauvres en réalité ? Nous focalisons-nous sur les mauvais objectifs ? La terre nous empêche-t-elle de nous attaquer aux vrais problèmes », demande-t-il, ajoutant que le problème de la corruption foncière ne se résout pas en donnant des titres de propriété à la seule population.

Conformément au cadre et aux lignes directrices sur la politique foncière en Afrique approuvés par les États membres en 2009, le Centre africain sur la politique foncière préconise de documenter tous les forfaits de droits fonciers sur des parcelles afin de protéger les droits de ceux qui revendiquent des terres. Ces droits incluent la propriété, l'abri des ressources foncières, etc. La documentation de l'accent mis sur les droits fonciers s'étend aux terres communales et contribue grandement à la lutte contre le droit des femmes à l'accès à la terre.

Publié par :

La Section des communications

Commission économique pour l'Afrique

BP 3001

Addis-Abeba (Éthiopie)

Tél. +251 11 551 5826

Adresse électronique : eca-info@un.org

Rejoignez la conversation sur Twitter #CLPA2019

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.