Afrique: 4è Sommet mondial sur le genre à Kigali - Paul Kagamé appelle au positionnement des femmes sur le continent

4è Sommet mondial sur le genre à Kigali
27 Novembre 2019

Depuis le 25 novembre, les assises de Kigali sur le genre ont officiellement démarré dans la capitale rwandaise, en présence de plusieurs hautes personnalités.

Autour du thème central « Éliminer les obstacles à l'égalité des sexes », la 4é édition du Sommet mondial sur le genre a ouvert ses portes à « Kigali convention center » au Rwanda.

L'objectif de ses assises, faut-il le rappeler, est de partager les meilleures pratiques et de catalyser les investissements afin d'accélérer les progrès en matière d'égalité des sexes et d'autonomisation des femmes en Afrique et dans le monde.

Ce sont plus de 600 personnes venues des quatre coins du monde qui prennent part à cet important sommet dédié au genre.

Au rang desquels se trouvent de hautes personnalités dont deux chefs d'Etat qui ont apporté un cachet particulier à cet événement. Il s'agit de Paul Kagamé, président de la République du Rwanda et Sahle-Work Zewde, présidente de la République fédérale d'Ethiopie. La seule femme présentement cheffe d'Etat en Afrique.

Lors de la cérémonie officielle d'ouverture, le président rwandais a lancé un message fort à toute l'Afrique. « Il y a beaucoup de choses à faire.

Mais, il est aujourd'hui et plus que jamais important d'impulser et positionner les femmes dans tous les secteurs dans les Etats africains », a annoncé Paul Kagamé. Il s'est appuyé sur la riche expérience de son pays pour inviter ses pairs à lui emboiter le pas.

Au Rwanda, il y a la parité parfaite entre hommes et femmes du gouvernement. Et on dénombre plus de 61% de femmes au parlement rwandais. Fort de cela, Paul Kagamé estime que : « nous devrons travailler de concert pour que l'égalité des sexes puissent s'installer confortablement ».

C'est la raison pour laquelle, il demande aux Etats africains de faire l'état des lieux et l'évaluation de leurs politiques en matière du genre pour apporter des mesures correctives.

Dr. Akinwumi A. Adesina président de la Banque africaine de développement (Bad), lui, a revenu sur l'importance qu'occupe la femme dans la société et particulièrement dans les économies africaines. « Un monde intelligent doit investir dans les femmes et les jeunes filles », a-t-il indiqué.

En prenant l'exemple du Rwanda qui a énormément investi dans les ressources humaines féminines pour son repositionnement sur l'échiquier international. Le président de la Bad a par la suite invité les banques commerciales à donner plus de crédits aux femmes.

Car, dira-t-il, « la Bad est convaincue que les femmes sont bancables et remboursent mieux leurs prêts ». Et d'ajouter : « lorsque nous auront autonomiser les femmes, nos économies devraient aller mieux parce qu'elles voleraient de ses deux ailes ».

Dr. Akinwumi A. Adesina ne perd toutefois pas de vue les nombreux défis auxquels les femmes sont confrontées.

« Le défi n'est pas seulement sur le nombre, c'est-à-dire la parité, mais les disparités entre les hommes et les femmes », a-t-il dit. C'est la raison pour laquelle le président de la Bad pense que « un monde qui empêche les femmes de s'épanouir n'est pas un monde intelligent ».

Quant à Soline Nyirahabimana, ministre du Genre et de la promotion de la Femme, elle s'est réjouie des avancées réalisées pour la promotion du genre en Afrique.

Avant d'inviter les uns et les autres à approfondir les réflexions à lors de ce sommet mondial sur le genre. Qui se poursuit jusqu'au 27 novembre dans la capitale rwandaise.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.