Burkina Faso: Barrage hydro-agricole de Samendéni - Déjà, un pôle d'attractions !

27 Novembre 2019

Lancés, le vendredi 25 janvier 2008, les travaux de construction du barrage hydro-agricole de Samendéni situé dans la commune de Bama sont quasiment achevés.

Après une dizaine d'années de travaux, le barrage de Samendéni dont l'inauguration officielle est attendue le 30 novembre 2019 par le chef de l'Etat, suscite beaucoup d'attraction et force l'admiration des populations.

Le barrage hydro-agricole de Samendéni constitue déjà un lieu d'attraction, avant son inauguration officielle.

Chaque weekend, des dizaines de visiteurs sont de plus en plus nombreux sur le site, s'est réjoui le chef de mission du suivi- évaluation des travaux sur le site, Badr-Eddine Charkani El Hassani.

Ils viennent, en effet, profiter du microclimat et de la nature verdoyante. Située à une soixantaine de kilomètres au Nord de Bobo-Dioulasso, l'infrastructure est le troisième plus grand barrage du Burkina Faso, après le Kompienga et Bagré.

La première idée du projet de construction a germé il y a plus de 40 ans. Lancés, il y a plus d'une dizaine d'années (le vendredi 25 janvier 2008), les travaux sont arrivés à la fin d'un dur labeur.

L'ouvrage sera inauguré, le samedi 30 novembre 2019 sous le patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Avec une capacité de stockage d'un milliard cinquante millions de mètres cubes, selon Badr-Eddine Charkani El Hassani, le barrage comprend trois ouvrages principaux.

Il s'agit de la tour de contrôle qui permet de produire l'eau potable et l'électricité, de la digue longue de 3 km permettant le stockage de l'eau et l'évacuateur de crues assurant l'évacuation de l'excédent d'eau du barrage.

Le barrage de Samendéni est une infrastructure à but multiple, foi de Badr-Eddine Charkani El Hassani. Il regorge d'énormes potentialités.

A terme, le site devra comporter, entre autres, une centrale hydroélectrique, des aménagements hydroagricoles, une zone agro-industrielle de Bama, le tourisme et l'hôtellerie, la pêche et la pisciculture.

20 000 hectares aménagés pour l'agriculture

A l'en croire, il va permettre l'alimentation en eau potable des populations de Bama et de Bobo-Dioulasso.

Le barrage va également permettre d'avoir de l'eau durant toute l'année afin d'irriguer les sols en saison sèche. Pour ce faire, les travaux d'aménagements hydroagricoles sont en cours, a laissé entendre le chef de mission.

Cet aménagement de 1 500 hectares permettra le développement de l'agriculture, s'est-il réjoui, précisant qu'à terme, environ 20 000 hectares sont prévus pour être aménagés. Au fur et à mesure, cet aménagement va suivre en fonction de la mobilisation du fonds nécessaire, a poursuivi Badr-Eddine Charkani El Hassani.

Le barrage de Samendéni va contribuer à la production de l'énergie électrique. En effet, pour l'électricité, une ligne a été construite de Samendéni jusqu'à à la ligne de la SONABEL, a-t-il fait savoir.

La «petite» station électrique de Samendéni va produire 18 Gigawatts/heure. «Nous irons jusqu'à l'optimum de l'électricité sur le barrage», a affirmé Charkani El Hassani.

La production de l'électricité s'étendra selon lui, sur toute l'année car, les apports d'eaux sont importants. Il a signifié qu'elle servira à alimenter toute la zone notamment les installations des usines implémentées.

L'activité de la pêche est l'une des grandes satisfactions du barrage. En effet, depuis l'autorisation légale de la pêche, le 24 décembre 2018, le barrage suscite beaucoup d'attraction de la part des pêcheurs tant du Burkina Faso que de la sous-région mais aussi des mareyeurs...

Selon lui, environ 1 000 tonnes ont été pêchées depuis le début de la pêche pour le bonheur des populations qui peuvent se procurer le kilogramme de diverses variétés de poisson autour de 1000 FCFA.

Cependant, il a exhorté les autorités à un contrôle «strict» de l'activité de pêche et à approvisionner le bassin en alevin. Car, selon lui, ce sont les poissons qui rendent l'eau potable.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.