Congo-Kinshasa/Tunisie: La Tunisie prête à entretenir des échanges commerciaux avec la RD Congo

28 Novembre 2019

La Tunisie se dit intéressée par les opportunités d'affaires qu'offre la RDC dans divers secteur. C'est son ambassadeur en RDC, Bouzekri Rmili, qui l'a fait savoir à l'issue de l'audience que lui a accordée, hier mercredi 27 novembre en son cabinet de travail, Acacia Bandubola, Ministre de l'Economie Nationale. Cet entretien était aussi une occasion de faire un état des lieux de la coopération bilatérale entre les deux pays et les perspectives d'avenir.

A cet effet, l'ambassadeur tunisien a évoqué la possibilité de la création d'une commission mixte sectorielle pour développer les échanges dans le domaine économique d'autant plus que plusieurs investisseurs tunisiens souhaitent déjà investir en RDC dans le cadre de la coopération sud-sud, tel que souhaité par le président de la République, Felix Tshisekedi.

C'est dans ce cadre qu'il s'est fait accompagner, au cours de cette audience avec la Ministre, du Directeur Général d'une de grandes sociétés tunisiennes qui vient d'ouvrir une filiale en RDC et désire étendre ses activités en RDC notamment dans le Telecom.

Selon l'ambassadeur tunisien, cette société travaille aussi dans d'autres domaines tels que l'Industrie, l'Immobilier, le Tourisme et dans l'infrastructure.

Revenant sur le Tourisme, Bouzekri Rmili, a indiqué que son pays désire aussi coopérer avec la RDC dans ce secteur car la Tunisie, avec ses 11 millions d'habitants, reçoit environs 9 millions des touristes à travers le monde. « Il y a pas mal des domaines dans lesquels nous travaillons et nous comptons développer ce type de partenariat avec la RDC. La Tunisie est aussi une destination pour les soins médicaux. Nous recevons plus de 100 congolais qui viennent se faire soigner chez nous... Nous pouvons voir dans quelle mesure entretenir un partenariat avec la RDC aussi dans ce sens », a-t-il indiqué.

De son côté, la Ministre de l'Economie Nationale leur a tout d'abord rassuré du total soutien du gouvernement, avant de les orienter vers l'ANAPI à qui revient la mission de servir de point focal l'Etat congolais dans la promotion des investissements en RDC, en vue de rationaliser au profit de nombreux investisseurs les grandes opportunités qu'offre Congo-Kinshasa.

« Le Ministère de l'Economie ne gère pas les investissements mais nous accompagnons l'organe habilité qui est l'ANAPI. Nous ne pouvons que vous encourager et vous rassurer de notre soutien. Nous sommes là pour favoriser l'investissement qui est un des moteurs pour la stabilité du cadre macro-économique. Comme vous l'avez constaté, la RDC présente énormément d'opportunités d'affaires... », a-t-elle fait savoir à ses interlocutoires.

Elle a exprimé le vœu de voir ce partenariat favoriser le développement industriel, le développement des infrastructures économiques physiques en RDC et la promotion du commerce entre les deux pays.

Convaincue que les investissements occupent une place importante dans le développement économique d'un pays, Acacia Bandubola est d'avis que la RDC dispose d'atouts nécessaires pour faciliter la promotion de ce secteur. Sur ce point précis, elle a rappelé tout l'arsenal juridique mis en place par l'Etat congolais pour sécuriser l'investissement privé. Tout comme elle s'est longuement attardée sur les performances réalisées par la RDC en termes des indicateurs retenus dans le rapport Doing Business de la Banque mondiale dans le sens de l'amélioration du climat des affaires.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.