Congo-Kinshasa: La ministre Ebongo et la BM unies pour la réforme de l'administration publique

28 Novembre 2019

Déterminée à redorer l'image de l'administration publique depuis sa prise de fonctions à la tête du ministère de la Fonction Publique, Yolande Ebongo a levé l'option de poursuivre la "Réforme" avec l'accompagnement de tous les partenaires, particulièrement la Banque Mondiale.

C'est ce qui ressort de l'audience que la ministre de la Fonction Publique, Yolande Ebongo, a accordée à une délégation de la Banque Mondiale sur le Projet de Réformes et Rajeunissement de l'Administration Publique (PRRAP), hier mercredi 27 novembre 2019.

La délégation était conduite par Mamadou Lamarane Deme. Cette rencontre avait pour objectif de cerner les orientations et perspectives de la réforme de l'administration publique. Au sortir de cette séance de travail, la ministre de la Fonction a souligné : « La réforme de l'administration publique étant en cours, on avait eu les premiers échanges au mois de septembre dernier et la deuxième partie est arrivée... .C'est dans le souci de préparer leur prochain cadre d'intervention, que nous appelons le PTBA, et, cette question est consécutive à la tenue notamment de notre comité de pilotage. C'est le cadre qui facilite les concertations entre nous et les partenaires... Ce comité doit se retrouver demain, sauf imprévu, avec le Premier ministre. Ce cadre de concertation va aider à mettre les points sur les "i" en terme d'actions futures à mener au niveau de la fonction publique, de l'administration publique en général. La réforme porte jusque-là sur l'axe de "mise à la retraite", qui doit être honorable... La première vague a déjà eu lieu et la seconde doit intervenir d'ici peu... ».

La ministre a également indiqué qu'il était question de réfléchir sur l'autre aspect de la réforme qui porte sur le rajeunissement de la fonction publique qui concerne les jeunes qui sont formés avec l'appui de la Banque Mondiale. Outre cela, réfléchir sur le PTBA afin de savoir quels sont les besoins à intégrer au niveau du gouvernement. D'autant plus qu'il est déjà déterminé à rajeunir son administration, d'où la nécessité d'un budget en terme d'appui au niveau de la banque pour la prise en charge des professionnels qui doivent être formés.

Par ailleurs, la capacité d'accueil des agents de l'Etat dans les différents ministères pose un sérieux problème. Car au terme du dernier recrutement à la fonction publique, la plupart de cadres organiques ne répondent pas à la situation actuelle, d'où la nécessité de faire un grand travail en terme de capacité d'accueil sur le plan réglementaire. Elle estime qu'il faut un cadre réglementaire facilitant la mise en place et l'affectation des agents au sein de différentes administrations.

La qualité de l'environnement de travail constitue aussi un point capital de la réforme. Yolande Ebongo pense qu'on ne peut pas parler du rajeunissement de l'administration tant que l'environnement de travail ne cadre pas avec l'expertise mise à la disposition de l'administration publique.

Objectifs de la mission

Arrivée à Kinshasa le 25 novembre 2019, la délégation de la Banque Mondiale chargée de la Supervision du Projet de Réformes et Rajeunissement de l'Administration Publique (PRRAP) boucle sa mission ce vendredi 29 novembre 2019. Celle-ci consistait à faire le point sur l'état d'avancement des activités par rapport aux objectifs, résultats et indicateurs ; de passer en revue la mise en œuvre du PTBA 2019 et d'appuyer la préparation et la validation du PTBA 2020 ; d'évaluer les progrès réalisés sur la mise en œuvre des activités critiques du projet, principalement la formation et l'affectation dans les différentes administrations de 1000 JPOs ainsi que le dossier de mise à la retraite de la 2ème vague de 377 agents de l'Etat et enfin d'appuyer la préparation du premier séminaire gouvernemental et faire le bilan des activités du volet leadership et Open Data du projet. Dorcas NSOMUE

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.