Algérie: Parquet - La prise en compte des lettres anonymes n'est pas systématique mais a permis l'ouverture de "graves" affaires

Alger — Le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, Belkacem Zeghmati a affirmé, mercredi à Alger, que la prise en compte des lettres anonymes, dont est destinataire le parquet de la République, n'était pas systématique, mais de "graves affaires" ont été ouvertes grâce à elles.

"La prise en compte des lettres anonymes n'est pas systématique, mais au cas par cas en fonction de leur teneur" a indiqué le ministre en réponse aux préoccupations des membres du Conseil de la nation durant le débat consacré au projet de Code de procédure pénale, précisant que de "telles lettres ont permis de dévoiler de graves affaires liées à la drogue, à l'atteinte aux deniers publics et au vol".

"Le procureur de la République n'ordonne l'ouverture d'une enquête préliminaire que dans le cas ou les éléments sont crédibles", a ajouté le ministre.

Concernant le phénomène de la migration clandestine, le Garde des Sceaux pour qui les jeunes qui cherchent à partir en Europe, sont "des victimes", a fait savoir que la justice "s'attaque à ceux qui sont derrière ce phénomène, tant les réseaux structurés que la mafia, qui profitent de la détresse de ces jeunes".

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.