Burkina Faso: 11-Décembre à Tenkodogo - Les assurances de Siméon Sawadogo

Le gouvernement avait rendez-vous le jeudi 28 novembre 2019 à Ouagadougou avec les médias pour son traditionnel point de presse. Face aux journalistes, le ministre de la Communication, Rémis Fulgance Dandjinou, et son collègue de l'Administration territoriale, Siméon Sawadogo. Sujets abordés : l'actualité nationale, les préparatifs de la fête du 11-Décembre à Tenkodogo, le dialogue politique engagé par le président du Faso.

D'entrée de jeu, le chef du département de la Communication a fait quelques annonces à la presse : il s'agit notamment de l'inauguration, le samedi 30 novembre 2019, du barrage de Samandéni, de celle du CHR de Ziniaré dans le Plateau central le 2 décembre prochain... Il a aussi rappelé aux journalistes leur responsabilité sociale et les consignes édictées à leur endroit par le ministre de la Sécurité lors du point de presse du gouvernement du 14 novembre dernier. Pour terminer, le porte-parole du gouvernement a fait une mise au point aux acteurs des publications en ligne par rapport au poste récent de l'un d'entre eux qui parle d'un génocide au nord du Burkina.

Le ministre Siméon Sawadogo a entamé son intervention par la célébration du 11-Décembre cette année à Tenkodogo. Avant donc Banfora en 2020 et Ziniaré un an plus tard pour boucler la boucle, c'est le chef-lieu de la région du Centre-Est qui accueillera les festivités de la fête nationale burkinabè. Elles sont placées sous le thème : « Cent ans de la création du Burkina Faso : devoir de mémoire et engagement patriotique en vue de la consolidation de l'Etat-nation ». Une manifestation que les autorités veulent riche en couleurs mais sobre. La situation délétère imposée par l'insécurité et le terrorisme ambiants, avec leur regrettable lot de victimes et de déplacés internes, commande cela.

Entre 4 500 et 5 000 défilants civils et militaires sont annoncés. Des panels ont déjà été organisés dans les trois provinces de la région du Centre-Est. Ses ressortissants et sa diaspora tous mobilisés ont lancé un slogan pour faire du rendez-vous « Un 11-Décembre inégalé et inégalable ».

Tout comme dans les autres localités où l'évènement a déjà été tenu, le Centre-Est bénéficiera des mêmes investissements en routes, en cités, maisons des jeunes, des femmes... Actuellement, selon le ministre Sawadogo, le taux de réalisation des infrastructures tourne autour de 95% pour un coût qui va au-delà des 30 milliards de F CFA.

Outre le grand défilé, est prévue préalablement comme chaque année une cérémonie de décoration au palais de Kosyam. S'y grefferont d'autres manifestations comme le saut parachutiste, les activités de la première dame, les animations... A en croire le ministre d'Etat, tout se passe bien dans l'ensemble en ce qui concerne l'organisation.

Mettre en œuvre les conclusions du dialogue politique

Abordant le point sur le dialogue politique, Siméon Sawadogo a dit qu'il fut un moment intense entre l'Opposition et la Majorité. Ensemble, ils ont évoqué les questions du Code électoral, les élections présidentielle et législatives de 2020, celles locales un peu plus tard. Ont également été discutés des sujets portant sur le vote des Burkinabè de l'étranger, les démembrements de la CENI, la loi sur le quota genre...

Des recommandations et résolutions ont été faites. Elles portent, selon le ministre, sur la sécurité, la réconciliation nationale, la restauration de l'autorité de l'Etat, le dialogue social, le foncier... Un document intitulé « Appel de Ouagadougou », a-t-il ajouté, a été produit, invitant les Burkinabè à œuvrer tous pour le développement du pays.

L'étape des questions-réponses a essentiellement porté sur des préoccupations diverses des journalistes. Elles touchent des points comme l'agenda de mise en œuvre des recommandations et résolutions, la passe d'armes entre les acteurs de l'Opposition et ceux du parti au pouvoir, la proposition de report des prochaines élections par la même Opposition...

Le ministre d'Etat a assuré qu'un agenda clair est élaboré pour suivre et faire aboutir les conclusions du dialogue politique.Les départements ministériels ont été instruits pour l'opérationnalisation desdites conclusions.

S'agissant des confrontations entre les membres de l'Opposition et ceux du parti au pouvoir à travers les médias, son avis est que chacun est dans son rôle. La participation au dialogue politique ne saurait signifier l'abandon des prérogatives de part et d'autre.

L'idée du report des élections, émise par l'Opposition, selon le ministre, ne peut prospérer. C'est sur la base d'un consensus que la décision de les tenir à bonne date a été prise.

En conclusion pour ce point de presse du gouvernement, les hommes et femmes de médias ont, comme d'habitude, abordé avec le ministre de la Communication quelques actualités relatives à la vie sociopolitique nationale. Aux différentes interrogations, Rémis Fulgance Dandjinou a bien voulu apporter des réponses appropriées et rassurantes.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.