Seychelles: Les Seychelles et l'UE discutent de partenariats et échangent leurs points de vue lors du dialogue annuel

Le gouvernement des Seychelles et les représentants de l'Union européenne se sont rencontrés lors du 7e dialogue politique UE-Seychelles pour discuter de partenariat pour un avenir durable et pacifique.

Le dialogue a eu lieu jeudi à l'hôtel Eden Bleu.

Les deux parties ont convenu de poursuivre leur collaboration dans les domaines de la sécurité maritime, de la pêche, de la santé et de l'éducation, ainsi que de renforcer les institutions nationales clés, notamment la Commission anti-corruption et l'Institut Guy Morel.

En ouvrant le dialogue, le vice-président Vincent Meriton, qui dirigeait la discussion au nom du gouvernement des Seychelles, a déclaré: "Le dialogue témoigne de notre coopération entre l'Union européenne et les Seychelles."

"L'UE a été étroitement associée au développement et à la diversification de notre économie et reste un point d'ancrage sûr pour des Seychelles modernes et tournées vers l'avenir", a ajouté M. Meriton.

L'ambassadeur de l'Union européenne auprès de la nation insulaire, Vincent Degert, a expliqué que les Seychelles - 115 îles de l'Océan Indien occidental - étaient un partenaire important et précieux de l'Union européenne.

"En tant que partenaire du même ordre d'idées, l'UE se tient auprès des Seychelles et travaille main dans la main avec le gouvernement pour relever les défis mondiaux et promouvoir les intérêts communs", a déclaré M. Degert.

L'ambassadeur a ajouté: "Grâce au rôle important joué par les Seychelles sur les fronts internationaux et au travail novateur qu'elle a mené sur l'adaptation au changement climatique, par exemple, l'échange de dette contre la preservation et l'émission d'obligations bleues, les Seychelles peuvent servir de modèle pour ses pairs. "

Le dialogue politique dans le cadre de l'Accord de Cotonou couvre un large éventail de sujets. Le premier dialogue politique UE-Seychelles s'est tenu dans la capitale Victoria, en 2012.

L'accent est mis sur des questions politiques spécifiques d'intérêt commun, notamment l'évaluation régulière des progrès accomplis en matière de respect des droits de l'homme, des principes démocratiques, de l'état de droit et de la bonne gouvernance.

Selon M. Meriton, la Commission des droits de l'homme, la loi sur l'accès à l'information sera renforcée grâce au soutien de l'UE afin de garantir la transparence dans la lutte contre la corruption.

"Nous avons également parlé du secteur de l'éducation et de l'accent mis sur l'Université des Seychelles et l'Institut Guy Morel. Avec l'institut, nous avons parlé de la nécessité de renforcer son programme d'entrepreneuriat pour soutenir les efforts du gouvernement", a expliqué le vice-président.

Les deux parties ont également renouvelé leur coopération dans les domaines de la fiscalité et de la lutte contre le blanchiment d'argent, l'abus et le trafic de drogue, l'investissement et le climat des affaires, ainsi que dans les domaines de l'environnement et de la conservation.

Au cours des quatre dernières décennies, les Seychelles ont reçu une aide au développement de l'Union européenne de 44 millions de dollars sous le titre des Fonds européens de développement, qui couvrent divers secteurs, allant de l'environnement au programme de réforme économique et à l'éducation.

Les Seychelles bénéficient également de plusieurs autres instruments de l'UE, notamment des programmes régionaux, la politique de sécurité et de défense commune (EUVAFOR Operation Atalanta), l'Alliance mondiale contre le changement climatique et des lignes budgétaires thématiques pour les acteurs environnementaux et non étatiques.

L'Union européenne reste le premier partenaire commercial des Seychelles et la plus grande source d'arrivée de touristes.

Six ministres et une vingtaine de responsables gouvernementaux ont assisté au dialogue aux côtés de leurs homologues européens, représentant 11 États membres.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.