Comores: Des consommateurs s'opposent à la hausse des prix annoncée des telecom

L'Association des consommateurs de technologies de l'information et des télécommunications était entendue par le tribunal de Moroni jeudi 28 novembre dans le cadre d'une plainte déposée à l'encontre de l'Agence nationale de régulation de ces mêmes technologies.

L'ANRTIC avait annoncé qu'à compter du 1er décembre 2019, les consommateurs paieraient deux à quatre fois plus cher pour accéder à leurs prestations habituelles afin de sauver l'opérateur national qui vend à perte depuis l'arrivée d'un opérateur concurrent sur le marché comorien, il y a trois ans.

« On ne peut pas demander aux usagers de payer plus cher pour aider Comores Telecom à se renflouer », estime Amidou Mhoma, président de l'association des consommateurs de TIC, qui se dit confiant quant à l'aboutissement de sa plainte.

« L'ANRTIC a violé la loi sur les communications électroniques. Elle a violé la loi sur la concurrence. Nous avons suffisamment de griefs pour que le tribunal nous donne cause. Comores Telecom ne vend pas à perte. Il se trouve que Comores Telecom a des problèmes structurels tel que la masse salariale, tel que les contrats qui sont signés en sa défaveur, un surendettement très important. Donc si l'ANRTIC veut résoudre ces problèmes par la hausse des tarifs, ce n'est pas la bonne solution. »

L'ANRTIC se défend d'augmenter les prix. Youssouf Soulé son chargé de communication évoque même l'intérêt du consommateur. « Le secteur des technologies évolue très très vite et les opérateurs sont appelés à renouveler régulièrement leurs équipements et introduire de nouveaux produits et de nouveaux services. Lorsqu'on laisse le marché se déprécier, les opérateurs ne vont pas pouvoir investir après. Il ne s'agit pas d'une hausse au sens où le citoyen lambda peut l'entendre. Il s'agit d'un encadrement et j'insiste là-dessus : il s'agit d'une décision temporaire. »

Les nouveaux tarifs doivent entrer en vigueur ce dimanche 1er décembre mais aucun des deux opérateurs n'a communiqué dessus. Le tribunal peut suspendre la décision du régulateur.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.