Zimbabwe: La famine menace le pays

Les Nations unies tirent la sonnette d'alarme concernant la situation alimentaire du Zimbabwe. Le rapporteur spécial de l'ONU sur le droit à l'alimentation vient de passer dix jours dans le pays et son bilan est sans appel.

Selon Hilal Elver, des Nations unies, 60% de la population zimbabwéenne ne peut plus se nourrir convenablement : « Les gens ne mangent plus trois fois par jour, il y a de la nourriture dans les supermarchés, mais les prix sont juste trop élevés, et les gens n'ont pas les moyens, même la classe moyenne. »

En cause, selon elle, la sécheresse et la crise économique dans laquelle le pays s'enfonce : « Le pays traverse une crise économique très sérieuse. D'un côté, il n'y a pas assez d'argent, de l'autre il y a une hyper inflation, ce qui fait que les prix sont très élevés. Les salaires eux n'ont pas augmenté et donc le pouvoir d'achat des gens s'est écroulé. Dans les campagnes, plus de cinq millions de personnes sont en insécurité alimentaire. Il n'y a plus de maïs, qui est l'aliment de base, car il y a eu une très mauvaise récolte en raison de la sécheresse. Et le gouvernement n'a pas d'argent pour importer cette nourriture de base. Mais il y a également une insécurité alimentaire dans les zones urbaines avec plus de deux millions de personnes touchées. »

Hilal Elver souligne aussi que les sanctions internationales contre le Zimbabwe empêchent le gouvernement d'obtenir des financements pour importer de la nourriture.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.