Gabon: Compte rendu de la réunion du conseil exécutif du RPM du 28 novembre 2019

29 Novembre 2019
communiqué de presse

Le Conseil Exécutif du RPM a tenu à Libreville, sa réunion hebdomadaire, ce jeudi 28 novembre 2019, à partir de 14h30 sous la présidence du Patriote Alexandre BARRO CHAMBRIER, Président du Parti.

A cette occasion le Conseil a procédé à un large échange de vues sur l'actualité internationale et nationale ainsi que sur les questions relatives à la vie du Parti.

I. Actualité internationale

S'agissant de l'actualité internationale, le Conseil Exécutif du RPM a pris note de la tenue à Yaoundé (Cameroun), le 22 novembre 2019, d'un Sommet Extraordinaire des Chefs d'Etats et de Gouvernement de la zone CEMAC destiné à examiner la situation financière, économique et monétaire dans la zone et d'analyser les perspectives des économies de la sous-région.

Sur les questions économiques, le RPM reste circonspect quant à l'excès d'optimisme affiché par le Sommet, compte tenu de la lenteur observée dans la mise en œuvre de réformes indispensables dans certains pays de la sous-région.

Sur les questions financières, le RPM note la même lenteur dans l'examen des réformes envisagées pour tenir compte de l'évolution de l'environnement relatif à l'utilisation d'une monnaie commune et ce, contrairement à la zone CEDEAO, où le processus d'intégration monétaire est plus avancé.

II. Actualité nationale

Pour ce qui est de l'actualité nationale, le Conseil Exécutif du RPM relève une fois de plus le rétropédalage du gouvernement au regard de sa décision d'annuler le paiement en nature de la redevance minière proportionnelle. Il souligne à nouveau les incohérences et l'amateurisme du pouvoir en place qui annonce des mesures tambour battant pour faire marche à arrière, toute honte bue , quelques semaines après.

Par ailleurs, le Conseil Exécutif du RPM prend note de la déclaration faite le 26 novembre 2019 par le Syndicat National des Magistrats et réitère son rejet de l'immixtion du Pouvoir Exécutif dans le fonctionnement de la justice. Il encourage les magistrats à faire preuve d'indépendance dans l'exercice de leur noble mission, en libérant les prisonniers politiques inutilement maintenus en détention contre le respect des lois et règlements en vigueur.

Dans ce sens, le RPM tient à souligner le rôle et la responsabilité devenus négatifs du Ministère de la Justice, dans tous ces désordres qui, pour la deuxième fois consécutive, s'est affranchi du statut des magistrats en révoquant de manière cavalière de ses fonctions un haut magistrat, et vient d'organiser dans des conditions mal maitrisées et irrégulières, une session extraordinaire du Conseil Supérieur de la Magistrature.

À cet égard, il réitère la nécessité de mettre en œuvre une réforme qui ne permettra plus au Président de la République d'être le Président du Conseil Supérieur de la Magistrature, en vue de parvenir à l'indépendance réelle du Pouvoir Judiciaire, préalable à un fonctionnement serein du service public de la justice.

Le Gabon a un urgent besoin, dans son ordonnancement juridique, de l'affirmation dans les faits de la séparation des pouvoirs pour garantir de véritables contre poids.

Le Conseil Exécutif du RPM continue à suivre avec une grande attention le déroulement de l'opération dite anticorruption déclenchée il y a quelques jours et s'étonne que certains découvrent maintenant l'existence d'un vaste réseau de détournements et de blanchiments de deniers publics ainsi que d'enrichissement illicite.

Le RPM tient à rappeler qu'un groupe de Députés, à l'origine de sa création, avaient dénoncé dès juin 2015, la présence dans les hautes sphères de l'Etat : « d'habiles profito-situationnistes, aux chaussures enfoncées dans la boue des chemins tortueux de l'enrichissement astronomique sans cause. »

Au demeurant cette nouvelle affaire révèle la logique du système qui met en place des institutions publiques sans mécanismes d'alerte, de garde fous ni de contrôle et semble découvrir ahuri, à la faveur de l'exacerbation de contradictions des clans en son sein, l'ampleur des détournements.

Rappelant son communiqué du 21 novembre dernier, le Conseil Exécutif du RPM exige, tout en appelant au respect des procédures judiciaires et des droits humain, que les investigations en cours concernent aussi bien ceux qui s'en sont rendus coupables, les commanditaires tapis dans l'ombre, que ceux qui en ont bénéficié, notamment à l'occasion des dernières élections législatives et locales où d'énormes sommes d'argent, dont on devine la provenance, ont circulé au vu et au su de tout le monde. Il apparait en conséquence, indispensable, si l'on veut moraliser la vie politique, de se pencher sur la question du financement des campagnes électorales.

En outre, le Conseil Exécutif du RPM a appris qu'un nouveau déraillement de train, le 3ème en moins d'un an, s'est produit le jeudi 28 novembre 2019 entre les gares de Lastourville et de Milole avec pour conséquence l'interruption du trafic ferroviaire pour une durée indéterminée. Il renouvelle sa préoccupation exprimée en mai dernier quant à la récurrence des accidents sur la voie ferrée et constate l'incapacité du gouvernement et de l'Autorité de Régulation des Transports Ferroviaires (ARTEF) à prendre des mesures efficaces pour garantir dans la durée le bon fonctionnement du chemin de fer.

Dans un tout autre domaine, le Conseil Exécutif du RPM a pris note de la reprise depuis le lundi 25 novembre 2019 du dialogue politique entre l'UE et le gouvernement gabonais, dialogue qui porterait sur les droits de l'homme, les libertés fondamentales, la gouvernance démocratique et les élections.

Il espère que ce dialogue permettra de faire avancer la cause d'une véritable démocratie dans notre pays, gage de sa stabilité politique, de son progrès économique et social ainsi que de la cohésion de son peuple.

Par ailleurs, le Conseil Exécutif du RPM exprime sa solidarité avec les populations sinistrées du Haut -Ogooué, de la Ngounié, du Moyen Ogooué et de l'Ogooué Maritime suite aux inondations provoquées par les pluies diluviennes qui s'abattent dans ces provinces et constate que le gouvernement tarde à prendre, à court terme, les mesures permettant de soulager leurs souffrances, à moyen et à long terme, de limiter l'impact des phénomènes naturels à l'origine de ces situations catastrophiques.

III. Questions relatives à la vie du Parti

Enfin, concernant la vie du Parti, le Conseil Exécutif a pris note du rapport du Secrétariat Exécutif sur le programme d'implantation des structures du Parti ainsi que sur d'autres sujets d'intérêt majeur et donné aux responsables concernés les instructions appropriées en vue de leur mise en œuvre.

Fait à Libreville, le 28 novembre 2019

Le Secrétaire Exécutif

Faustin Laurent BILIE BI ESSONE

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Gabonews

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.