Maroc/Tunisie: Le Raja doit attaquer l'EST par le bas

Difficiles à digérer, les lendemains de fête sont souvent piégeux. Un manque de concentration dû à l'effet d'une euphorie qui n'aura peut-être pas encore eu le temps de s'estomper, après la remontada historique de samedi dernier, ou encore un probable contrecoup physique, ce sont les principales difficultés auxquelles les joueurs du Raja de Casablanca devront faire face pour éviter de se mettre en danger dès leur entrée en lice dans le groupe D de la Ligue des champions, prévue ce soir (20h), dans un Complexe Mohammed V à guichets fermés.

Car pour le reste, face à l'Espérance de Tunis, qui lui réussit souvent, le Raja dispose d'un mode d'emploi pour museler des Sang et Or loin d'être des terreurs. L'Olympique de Safi lui a montré la voie, une semaine plus tôt.

Lorsque le Raja de Casablanca battait le fer contre le Wydad, à un peu plus de 2000 km plus à l'est, à Tunis, l'Olympique Club de Safi écrivait une page dorée dans le livre de son histoire, en se qualifiant pour les quarts de finale de la Coupe arabe Mohammed VI des clubs champions, aux dépens de son hôte, l'Espérance de Tunis qui a étalé des carences fatales au haut niveau. L'OCS en a profité. C'est justement l'exemple à suivre pour les Verts.

Mettre de la vitesse et utiliser la profondeur

La vitesse n'est vraiment pas le meilleur atout défensif des Tunisiens. Avec l'OCS, déployé dans un 4-4-2 à plat, Abdelghani Mouaoui, K. Boua, M. El Morabit et H. Khabba ont su appuyer là où ça faisait mal, en mettant de l'intensité avec beaucoup de courses dans la profondeur.

De cette capacité à répéter les sprints et les appels dans la verticalité dépend une grande partie de la clé qui servira à mettre en danger la défense tunisienne. D'autant plus que l'entraîneur des Sang et Or, Mouine Chaabani, n'a pas pour habitude de renier son style de jeu quand bien même fut-il en déplacement.

Et du coup, il est fort probable que ses protégés adoptent un style de jeu résolument offensif dont l'un des éléments clés réside dans la position des latéraux, très hauts dans le camp adverse, laissant, par conséquent, des boulevards dans leur dos. Une aubaine à saisir pour Rahimi et ses coéquipiers offensifs dont a su profiter l'Olympique de Safi, notamment Abdelghani Mouaoui et K. Boua (voir capture 1).

Presser les premières relances et isoler Anis Badri

Autre élément clé du système de Mouine Chaabani : Mohamed Ali Ben Romdhane, le régulateur de l'entrejeu de la formation tunisienne. Moins costaud mais plus fin que son compère, Kwame Bonsu au sein du double pivot placé devant la défense (4-2-3-1), le jeune milieu de terrain joue juste, ratisse et distribue, mais son influence décroît nettement lorsque le pressing adverse le prive de temps (voir capture 2), à l'instar d'Anis Badri, dribbleur hors normes, aux qualités physiques indéniables, mais qui pèche souvent par un individualisme exacerbé. Alors si les joueurs de Sellami parviennent à le couper du reste de ses coéquipiers, l'une, si ce n'est la principale menace offensive des Tunisiens, sera autant frustrée qu'isolée. Ainsi, il perdra de l'énergie à s'époumoner face à son vis-à-vis et à pester contre le manque de soutien de ses coéquipiers.

Si les faiblesses de l'EST sont facilement identifiables, c'est également le cas de celles du Raja, qui peine à trouver la solidité défensive de l'an passé. Sellami en est évidemment conscient, et on imagine le casse-tête qui doit être le sien au moment de composer une charnière défensive qui sera privée du Libyen Sanad El Ouarfali. En attaque, le néo-technicien rajaoui devra également faire face à l'absence de celui qui a été élevé au rang de héros par le peuple vert, Ben Malango. Les deux acolytes étant non qualifiés pour la Ligue des champions. Une compétition où les chocs sont monnaie courante, puisque toujours dans ce groupe D, le club algérien de la JS Kabylie recevra Vita Club de la RD Congo. Côté marocain, le Wydad de Casablanca essaiera de panser ses plaies et de remettre le pied à l'étrier, en rendant visite ce samedi à l'USM Alger, au stade Mustapha-Tchaker de Blida (17h00), dans le cadre de la 1ère journée (Gr. C) sans son attaquant international Ismaïl El-Haddad, blessé.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.