Sénégal: Limites de la loi sur le sachet plastique - un nouveau texte bientôt soumis aux députés

Dakar — Le ministre de l'Environnement et du Développement durable, Abdou Karim Sall, a annoncé qu'un nouveau projet de loi relatif au sachet plastique à faible micron, sera bientôt soumis à l'Assemblée nationale, en vue de rendre effective l'application du texte portant interdiction de ce type de sac.

La loi sur le sachet en plastique, adoptée par les députés en 2014, est entrée en vigueur le 4 janvier 2016.

La loi comporte deux séries de dispositions dont la première vise à lutter contre les effets néfastes des sachets plastiques, et la seconde, à promouvoir la gestion rationnelle des déchets plastiques

Ce samedi, le ministre de l'Environnement et du Développement durable a informé les députés, réunis pour le vote du budget de son ministère, de l'arrivée bientôt à l'hémicycle d'un nouveau projet de loi sur le sachet plastique.

Abdou Karim Sall invoque les limites de la loi en vigueur, "du fait d'une incompréhension des critères d'interdiction". Le projet de loi attendu à l'Assemblée, a déjà été adopté en conseil des ministres, selon lui.

Face aux députés, il est revenu sur les dispositions du texte en vigueur, qui "stipule que pour que le sachet plastique soit interdit, il faut que trois critères soient réunis". Tout d'abord, le sachet en question doit avoir été fait en polythène.

"L'autre aspect est qu'il faut que l'épaisseur soit strictement inférieure à 30 microns. De plus, il faut que le sachet soit pourvu de bretelles. Aujourd'hui, beaucoup de sachets à faibles microns n'ont pas de bretelles", a-t-il indiqué. Il cite par exemple les gobelets, les sachets d'eau et les bouteilles que l'on rencontre partout.

Il s'est beaucoup appesanti sur les méfaits du plastique, en particulier dans les fonds océaniques. Il a rappelé que la loi de 2015 a fait l'objet de plusieurs tentatives d'application. La dernière en date remonte au mois d'août, à la veille de la fête de Tabaski, après une campagne de sensibilisation destinée aux populations.

Pour lui, il serait judicieux de mener encore la sensibilisation en direction des populations, pour qu"'elles comprennent que le plastique que nous utilisons a un impact négatif sur notre environnement".

"L'opération de la Tabaski nous a permis de saisir une importante quantité de sachets plastiques", a-t-il révélé, précisant qu"'un agent sur le terrain ne pourra apprécier l'épaisseur du sachet qu'à partir du toucher".

Il serait difficile, selon lui, d'appliquer cette loi. Ce qui explique ce nouveau projet de loit. "Ce projet a été adopté en conseil des ministres et il sera bientôt présenté à l'hémicycle", a insisté Abdou Karim Sall, assurant que les préoccupations soulevées par les députés sur ce sujet seront prises en compte.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.