Maroc: La pseudo-RASD, une supercherie selon une figure de proue du séparatisme

opinion

Qui faut-il croire ? Brahim Ghali qui claironne là où il peut être entendu que la pseudo-RASD est une réalité, ou Bachir Moustapha Sayed, membre fondateur du Polisario, frère cadet du fondateur du mouvement et actuel prétendu ministre de la Diaspora qui vient de reconnaître que la prétendue RASD ne détient aucun attribut de souveraineté, que cela soit à Tindouf ou dans les prétendus territoires libérés.

Il ajoute que l'allégation saugrenue de son patron est contredite par la réalité sur le terrain, en précisant que son soi-disant ministère « n'a ni port ni aéroport et les autorités algériennes n'autorisent que le passage des caravanes humanitaires destinées aux camps de réfugiés sahariens". Cette déclaration, dénotant d'un flagrant aveu d'impuissance, a été faite sur fond de frustration généralisée à Tindouf suite au blocage, depuis un mois et demi, de seize fourgons chargés d'aides humanitaires espagnoles destinées aux camps de Lahmada au port algérien de Ghazaouet

"Seul le ministère des Affaires étrangères de l'Algérie peut autoriser l'entrée des aides humanitaires sur le territoire national algérien et veille à ce que le Croissant-Rouge sahraoui soit la seule institution saharienne responsable de sa rétention», se résigne à avouer ce soi-disant ministre. Etayant ses dires, Moustapha Sayed a souligné que les milices armées du Polisario ont été sommées de quitter les lieux en vertu des résolutions du Conseil de sécurité, stipulant qu'aucun changement du statut juridique de la zone tampon n'était autorisé.

Les injonctions de l'instance décisive de l'ONU et les mesures restrictives de mouvement imposées par les autorités algériennes font que le Polisario dont l'isolement est dicté par les nouvelles réalités géopolitiques marquées par la chute des régimes dictatoriaux d'Amérique latine, dont le dernier est le dictateur bolivien Evo Morales, ne sait plus où donner de la tête

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Libération

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.