Sénégal: Mbour - Foire des éleveurs de la race de moutons Ladoum

2 Décembre 2019

Les éleveurs de Ladoum (race de moutons de grande valeur monétaire et alimentaire) ont organisé, à Mbour, la 8ième édition de leur foire placée sous le sceau de l'unité et de la concertation et sous la présidence de Souleymane Diouf, le directeur des affaires générales du ministère de l'Elevage.

Ont été évoquées à l'occasion des problématiques relatives au métissage des moutons, à la production et à la conservation du fourrage, à la surenchère sur le foin, aux efforts soutenus dans le cadre de la lutte contre le vol de bétail.

Le représentant du ministre de l'Elevage a insisté sur la volonté politique affichée d'amélioration génétique dans le but d'avoir des petits ruminants de qualité et de tendre vers l'autosuffisance en moutons lors des fêtes religieuses.

Abou Kane, un des parrains de cette manifestation est revenu sur la transhumance du bétail, un goulot d'étranglement des éleveurs.

Son appel est de voir les éleveurs se pencher sur l'élevage intensif, la nécessité de voir comment sédentariser le cheptel et réduire la transhumance, en même temps aussi tendre à faire des productions animales performantes.

El Hadji Seck Ndiaye, le président du conseil d'administration du Fonds d'entretien routier, représentant le ministre Oumar Youm, un des invités d'honneur de la manifestation des éleveurs de Ladoum, a insisté sur un aspect lié à la jonction naturelle de l'agriculture et de l'élevage.

A l'en croire, les éleveurs et les agriculteurs sont intiment unis et concourent vers les mêmes orientations dans le cadre du développement rural.

« Les éleveurs participent à la fertilisation des champs en fumure animale, en producteurs de compost. Ces intrants entrent dans le cadre de l'amélioration des récoltes et des rendements ».

Ainsi, il a rappelé le rôle des agriculteurs qui, en contrepartie, fournissent aux éleveurs des produits fourragers à l'image du foin. Par conséquent, il a invité ces deux groupes à avoir un comportement exemplaire dans la cohabitation à l'image d'une paire de ciseaux.

Ousmane Diop, le président des éleveurs de Ladoum et au nom du comité d'organisation de la foire a saisi la balle au rebond pour insister sur un fait, la relation directe entre l'agriculture et l'élevage.

Pour lui, certains pays confondent ces deux activités du secteur primaire dans un même département ministériel.

Il a déploré un phénomène nouveau se développant de manière exponentielle, la surenchère sur le fourrage et particulièrement sur le foin. Selon lui, la paille est essentielle pour les ruminants.

Son constat partagé par bon nombre d'éleveurs est le coût élevé de la paille d'arachide grimpant souvent à hauteur de 10 000 francs le sac. Il a proposé aux éleveurs de s'investir dans la production du fourrage pour sortir du guêpier des spéculateurs.

Déjà, à la fin de l'hivernage, des opérateurs sont en train de faire la brousse pour rassembler la paille sèche et la stocker dans des magasins et attendre la période favorable pour la vendre à prix d'or.

Ousmane Diop a loué et magnifié par ailleurs la lutte contre le vol de bétail à travers les efforts du commandant Thioune de la brigade territoriale de la gendarmerie ayant mis de nombreux voleurs de bétail à la disposition de la justice.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.