Burkina Faso: Barrage de Samendeni - Le président du Faso ouvre les vannes

2 Décembre 2019

Le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a inauguré, le barrage de Samendéni, situé dans la région des Hauts-Bassins, à une quarantaine de kilomètres de Bobo-Dioulasso. La cérémonie s'est déroulée dans la matinée du samedi 30 novembre 2019.

Le barrage de Samendeni est officiellement ouvert. La cérémonie d'inauguration est intervenue, le samedi 30 novembre 2019, sous le patronage du Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

«C'est avec fierté que nous inaugurons ce barrage qui a fait l'objet, depuis son identification, de réflexions et d'engagement pour sa réalisation», a-t-il réagi dès ses premiers mots.

Roch Marc Christian Kaboré a fait une mention spéciale au défunt Salifou Diallo, pour dit-il, le dévouement dont il a fait preuve pour que ce projet soit une réalité. Tout en se réjouissant du potentiel que présente l'ouvrage, le chef de l'Etat a souhaité l'aboutissement du pôle de développement Samendeni.

Dans cette idée, il s'est félicité du fait que le fonds Koweitien ait d'ores et déjà engagé une étude pour l'aménagement de 5 000 hectares (ha).

« Nous viendrons bientôt constater les premières productions agricoles », a promis le président. Le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Niouga Ambroise Ouédraogo, a retracé l'historique du barrage.

Le site, a-t-il rappelé, a été identifié depuis 1976. Après plusieurs tentatives vaines pour sa réalisation, c'est finalement en 1996 que le projet prendra forme sous l'impulsion de Salifou Diallo, pour enfin voir des études de faisabilité financées en 2002.

Les travaux à proprement dit, ont débuté en 2010, puis ont connu des lenteurs. Des lenteurs, à en croire le ministre, dues notamment au redimensionnement de l'ouvrage.

Le Programme de développement intégré de la vallée de Samendéni (PDIS) se veut un programme structurant, avec l'aménagement de grands et moyens périmètres, et la production d'énergie énergitique.

32 milliards F CFA investis pour les populations affectées

Le ministre en charge de l'eau, Niouga Ambroise Ouédraogo, est convaincu que davantage d'emplois seront pourvus avec l'opérationnalisation du PDIS.

Les composantes, à terme du PDIS, sont entre autres, le barrage, la centrale hydroélectrique, l'aménagement d'une zone industrielle et touristique, les aménagements hydroagricoles et le recalibrage du fleuve Mouhoun.

A ces composantes, viennent se greffer la pêche et la pisciculture, la mise en place d'infrastructures pour l'écotourisme et l'adduction d'eau potable.

Les travaux du barrage ont coûté 61,6 milliards F CFA, assurés par huit bailleurs de fonds, et l'Etat burkinabè. A ce stade, 9 500 emplois ont été créés avec la réalisation de l'ouvrage.

Niouga Ambroise Ouédraogo est convaincu que davantage d'emplois seront pourvus avec l'opérationnalisation des autres composantes du PDIS.

Sans compter que la mise en eau du barrage en juillet 2017 a permis le démarrage de la pêche en janvier 2019. 800 tonnes de poissons, pour une contre-valeur de deux milliards F CFA, sont ainsi sorties des eaux du Samendéni en huit mois.

Le président du Cadre de concertation des populations affectées par le PDIS, Abdouramane Sidiki Ouattara, a traduit la reconnaissance des huit villages touchés (Ndlr : 9000 ménages redéployés sur 10 sites) au gouvernement, pour ses promesses tenues.

Ces promesses sont la finalisation de l'ouvrage et l'amélioration du traitement des populations affectées par le projet. A en croire M. Ouattara, de nombreux investissements ont été faits sur les différents sites d'accueil et dans les quatre communes concernées.

Il a cité 16 Centres de santé et de promotion sociale (CSPS), 32 forages à motricité humaine, sept écoles primaires de six classes, l'aménagement de 116 km de pistes rurales, et une aide d'un million par ménage. Le tout s'élevant à 32 milliards FCFA.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.