Congo-Brazzaville: Lutte contre le VIH/SIDA - L'Opdad réaffirme sa volonté de contribuer à la mise en œuvre des objectifs de l'ONU

En marge de la vingtième conférence internationale sur la pandémie et les maladies sexuellement transmissibles, les premières dames d'Afrique se sont réunies, le 2 décembre, à Kigali, la capitale rwandaise, en session spéciale pour échanger et approfondir leur réflexion dans le cadre des 90, 90, 90 (objectif de l'Onusida).

« Au terme de nos échanges enrichissants, nous venons de réaffirmer notre incontournable leadership dans cette lutte que nous menons depuis environ une vingtaine d'années, contre le VIH et le sida », a déclaré la présidente de l'Organisation des premières dames d'Afrique pour le développement (Opdad), Antoinette Sassou N'Guesso.

Parmi les axes « forts » de leur action, l'épouse du chef de l'Etat congolais a énuméré, entre autres, la promotion des innovations communautaires, le plaidoyer pour le financement de la riposte durable en matière de santé, la promotion de la politique genre, fondée sur l'accès équitable aux services de lutte contre le VIH/sida et la prise en compte des politiques axées sur les jeunes, « en vue de créer les conditions de la survenue, à terme, d'une génération sans sida ».

En outre, la présidente de l'Opdad reste convaincue que chacune de ses consœurs, premières dames, avec l'appui des partenaires techniques et financiers, « ne ménagera aucun effort pour que ces objectifs connaissent une exécution efficace » au sein de leurs pays respectifs, pour le bien-être de la population.

A travers leur nouvelle plate-forme de plaidoyer, Antoinette Sassou N'Guesso a rassuré les partenaires et la population de l'attention « soutenue » que les premières dames continueront d'accorder à la lutte contre le VIH et le sida. « Notre volonté d'atteindre les 90, 90, 90 ne se démentira jamais et nous sommes convaincues que les objectifs contenus dans notre plan stratégique nous offrent le cap pour atteindre le monde sans sida que nous voulons d'ici à 2030 », a souligné la présidente de l'Opdad.

Les premières dames africaines se sont réjouies de ce que, lors de la dernière réunion, tenue à Lyon, en France, sur le renouvellement des ressources du Fonds mondial, des engagements financiers « importants » ont été annoncés et que, par conséquent, « la lutte pour l'atteinte des objectifs fixés n'est plus une vue de l'esprit ».

« Nous espérons aussi que les engagements pris à Abidjan, en décembre 2017, lors de la dernière Icasa, sur la question majeure du sida pédiatrique et de l'élimination de la transmission de la mère à l'enfant, connaîtront une réelle avancée dans beaucoup de nos pays », a indiqué Antoinette Sassou N'Guesso. La session de haut niveau de l'Opdad a eu pour thème « Leadership des premières dames d'Afrique dans la lutte contre le VIH et le sida ».

Rappelons que cette organisation tire son origine de celle des premières dames d'Afrique contre le VIH/sida, créée en 2002, par trente-sept premières dames d'Afrique. Ses objectifs étaient de plaider en faveur d'une sensibilisation à la maladie, afin de mobiliser les ressources et mettre en place une action permanente visant à améliorer la santé maternelle et infantile.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.