Afrique: Jean-Louis Borloo - "L'énergie, le premier des droits de l'homme"

L'avocat et ancien ministre français Jean Louis Borloo a relevé lundi à Rabat (Maroc) que le continent africain est confronté à un dérèglement climatique combiné à un problème d'accès à l'énergie, lequel est aujourd'hui le premier des droits de l'homme.

"Le dérèglement climatique se combine malheureusement avec un problème d'énergie sur le continent africain avec 65% de la population qui n'a pas d'accès à l'énergie.

L'énergie est aujourd'hui au XXIe siècle, le premier des droits de l'homme, avant tous les autres préalables relatifs à l'eau, à la sécurité alimentaire, à la santé, à l'éducation, etc.", a-t-il dit.

M. Borloo intervenait lors de l'ouverture de la 4e édition de l'Africa Security Forum (ASF), sur le thème "L'impact du changement climatique sur la sécurité en Afrique".

Plus de 400 participants de haut niveau ainsi que les représentants de 31 think tanks, venus de 69 pays dont 53 africains, prennent part à cette rencontre considérée comme un "incubateur d'idées et espace de réflexion".

Sont également présents à cette rencontre, des autorités ministérielles, des responsables administratifs de haut niveau des pays participants, des chercheurs et des spécialistes de la société civile ainsi que les représentants d'entreprises innovantes concernés par "l'impact du changement climatique sur la sécurité en Afrique".

"Nous assistons à la combinaison du dérèglement climatique, du choc démographique et de l'absence de l'énergie sur l'ensemble du continent africain", a-t-il dit.

Selon Jean-Louis Borloo, l'Afrique "est le continent de tous les possibles", compte tenu de sa jeunesse, de ses ressources naturelles, sans compter le multilinguisme et les nouvelles organisations démocratiques caractérisant le continent.

"Si on veut sortir de cette spirale, il faut avoir peu d'objectifs mais extrêmement clairs", a indiqué Jean-Louis Borloo, citant "l'énergie pour tous, l'eau et l'assainissement, la sécurité alimentaire et les infrastructures".

Il a plaidé pour un "Plan Marshall", "un traité de paix, de croissance et de prospérité" consacré à ces trois objectifs.

A l'en croire, "faire ce forum aujourd'hui ici au Maroc, le jour d'ouverture de la Conférence des Nations unies sur le climat COP25 à Madrid (Espagne) et au moment où on voit un basculement un peu partout dans le monde, est tout à fait décisif".

"Sécurité Alimentaire et Gestion de l'Eau", "Accroissement Démographique et Développement Agricole", "Anticiper les solutions de demain", sont parmi les axes de réflexion qui seront débattues au cours de cette édition de l'Africa Security Forum organisée par le Centre de recherches et d'études stratégiques Atlantis et le Forum International des Technologies de la Sécurité (FITS).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.