Cameroun: Exploitation de l'or - Des Camerounais s'installent à Ngoura

Pour un projet de 40 milliards de F une convention de production a été signée vendredi à Yaoundé entre l'Etat du Cameroun et Codias S.A.

Une société d'exploitation minière de droit camerounais détenue à 100% par des nationaux. Le fait est inédit au pays. La société Codias S.A a tenu ce pari et bénéficié récemment de plusieurs permis de recherche. Cette attribution a abouti à la signature de la convention relative à l'exploitation de la petite mine d'or de Colomine dans l'arrondissement de Ngoura, département du Lom et Djérem à environ 170 kilomètres au Nord-est de la ville de Bertoua . Le ministre des Mines, de l'Industrie et du Développement technologique (Minmidt), Gabriel Dodo Ndoke et le président du conseil d'administration par ailleurs promoteur de Codias, Bonaventure Mvondo Assam ont dit leur satisfaction quant à l'aboutissement de cet important projet, dont l'investissement est estimé à 40 milliards de F. Le Minmidt a d'ailleurs relevé que cette activité faisait suite à l'autorisation du président de la République permettant de signer avec Codias, la première convention de minerai dans notre pays.

A la suite des premiers travaux réalisés sur le site, six corps minéralisés ont été définis et caractérisés. Ils constituent donc le gisement d'or identifié sur une superficie de 20 kmP et dont la ressource aurifère est estimée à environ 485 000 tonnes de minerai. La quantité d'or de métal est évaluée à 1867 kg. Pour ce qui est de l'exploitation, elle est prévue pour une période de cinq ans. « L'activité se fera selon les normes internationales », a rassuré Bonaventure Mvondo Assam.

Selon Bertrand Sa'a, directeur technique de l'entreprise, le projet est échelonné sur plusieurs phases. La capacité de production initiale annuelle sera de 500 kg d'or à partir de la deuxième année. La première étant consacrée à la construction de la mine et des autres installations minières connexes à utiliser pendant la phase d'exploitation proprement dite. Pour ce qui est des retombées, Gabriel Dodo Ndoke parle de renforcement du tissu industriel existant ainsi que l'amélioration de la balance commerciale du Cameroun. En plus de fournir de nombreux emplois, (500 directs et plus de 1500 indirects), le projet va assurer un transfert de technologie grâce à l'appui qu'apporte des partenaires chinois. Le versement des taxes et autres impôts au gouvernement n'est pas à négliger. Le développement de la chaîne de valeurs compte aussi au niveau des réalisations puisque 15% de l'or collecté sera transformé localement.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.