Afrique: Rabat - Des panélistes appellent à mieux connaître le changement climatique

Rabat — Des participants à la quatrième édition de l'Africa security forum (ASF), ont insisté lundi à Rabat (Maroc) sur la nécessité de mieux connaître le changement climatique en vue de mieux agir sur ce phénomène qui n'épargne pas le continent africain.

Les panélistes venus de 69 pays dont 53 africains, ont d'abord décrit "la dure réalité" du changement climatique et son impact sur la sécurité en Afrique, en particulier la question de la sécurité alimentaire, la gestion de l'eau, la pression démographique.

Selon eux, "pour mieux agir sur ce phénomène, il faut le connaître parfaitement", en rassemblant "toutes les données" disponibles qui caractérisent les aspects sécuritaires liés au changement climatique.

Dans la synthèse de leurs travaux, ils ont aussi préconisé une coopération avec le secteur universitaire, de rassembler les représentants de l'Etat, de la société civile. De même, ils ont recommandé le renforcement du lien entre la recherche et l'innovation technologique.

"Ce sont les chercheurs qui permettent de développer des instruments permettant une meilleure récupération de ces données ainsi que des instruments pratiques de sécurités", ont-ils déclaré, en insistant sur la nécessité d'aboutir à un renforcement des capacités.

Dans chaque pays, ont-ils noté, on doit permettre le développement d'initiatives en mettant à la disposition des acteurs des moyens pour avancer dans le sens de la lutte contre le changement climatique.

"Il y a un réel besoin de mettre ensemble nos connaissances", en matière de lutte contre la radicalisation dont certains pays européens sont en train de s'en inspirer, ont-ils fait valoir.

Les panélistes ont appelé aussi à l'utilisation des expériences locales en s'inspirant de l'initiative marocaine du Triple A (Adoption de l'agriculture africaine).

Lancé en amont de la Conférence des Nations Unies sur le climat (COP22), organisée au Maroc, cette initiative vise à réduire la vulnérabilité de l'Afrique et de son agriculture face aux changements climatiques.

Ils estiment également que le secteur public doit bénéficier de l'expertise du secteur privé de façon concrète.

Les participants au forum de Rabat n'ont pas manqué de relever le rôle de la femme dans la lutte contre le changement climatique et son impact sur la sécurité en Afrique, et la question de la gouvernance.

"Si l'on veut que les mesures prises aient un résultat, il faut qu'il y ait de la gouvernance et une implication autant faire ce peut de la société civile. C'est la condition essentielle du développement et de la vie en société", ont-ils conclu.

On trouve parmi les participants de l'Africa security forum, des ministres, des responsables des administrations des pays représentés, des chercheurs, des représentants de la société civile et d'entreprises, des militaires.

Ils ont discuté de plusieurs sous-thèmes : "Sécurité alimentaire et gestion de l'eau", "Accroissement démographique et développement agricole", "Anticiper les solutions de demain", etc., lors de ce forum organisé par le "Think tank" marocain Atlantis et le Forum international des technologies de la sécurité (FITS).

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.