Congo-Kinshasa: Disqualification

2 Décembre 2019

Le sextape produit dernièrement par les dirigeants du Kongo Central a couvert d'opprobre toute cette province. Le déshonneur au sommet a été tel que le gouverneur et le vice-gouverneur ont été suspendus de leurs fonctions par le vice-Premier ministre et ministre de l'Intérieur et de la Sécurité.

Qui a crié au scandale, car les Ne Kongo ont été traînés dans la boue, humiliée. Et la province désacralisée, pour emprunter l'expression d'un ancien gouverneur du Kongo central, aujourd'hui député national.

Malheureusement, les représentants du peuple Ne Kongo ont protégé le gouverneur en refusant de lui enlever l'immunité parlementaire afin qu'il soit jugé parce que fortement impliqué dans le sextape, selon l'accusation. Ce qui est contraire à la morale Ne Kongo dans une province où le sexe est pratiquement un sujet tabou. Surtout où la pudeur est encore de règle.

Cependant, aussi curieux que cela puisse paraître, le même ministre en charge de l'Intérieur, qui a suspendu le gouverneur, vient de réhabiliter celui-ci dans ses fonctions. Au grand étonnement des Ne Kongo et de tout Congolais épris de bon sens. Sans oublier les membres de sa plate-forme politique «le Front commun pour le Congo» (FCC) pour qui le gouv' réhabilité n'est plus en odeur de sainteté. Cela crée un tollé tant dans les états-majors du FCC et ceux du CACH.

Situation qui suscite suspicions et spéculations au sein de l'opinion. Le réhabilité aurait actionné le graissage des pattes pour reprendre ses fonctions de gouverneurs. Les espèces sonnantes et trébuchantes auraient circulé à l'assemblée provinciale dont les membres broient du noir avec les poches vides. Délibérément par la volonté du gouvernement provincial. Ils n'ont donc pas hésité à mordre à l'hameçon des billets verts leur tendus. Au grand dam de la population qui les a élus et, surtout, de "qu'en dira-t-on ?". L'important est de se remplir indûment les poches.

Aussi ces élus à l'assemblée provinciale sont-ils, pour les intérêts égoïstes, frappés de discrédit. Les électeurs ne manqueront pas à les sanctionner lors de prochains scrutins.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Potentiel

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.