Cote d'Ivoire: Attention au retour des vieux démons !

2 Décembre 2019

Le président ivoirien, Alassane Ouattara, sera-t-il candidat à sa propre succession de 2020 ? Cette question, qui agite la scène politique en Côte d'Ivoire, depuis plus d'une année, commence à trouver réponse dans la dernière sortie médiatique du chef de l'Etat. En effet, la semaine dernière, lors d'une visite d'Etat dans le Hambol au Centre-Nord du pays, Alassane Ouattara a levé un coin de voile sur ses intentions réelles pour 2020.

« Si les gens de ma génération décident d'être candidats alors je serai candidat », a-t-il déclaré, faisant allusion à ses rivaux historiques, à savoir les ex-présidents, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo.

Avec ces propos, le chef de l'Etat ivoirien semble avoir avoué à demi-mot, sa candidature à la présidentielle de 2020, tout en faisant planer le doute sur son avenir.

Depuis l'année passée, il maintient le flou et l'ambigüité sur son éventuelle candidature pour un troisième mandat, alors qu'il avait promis à ses compatriotes, dès son arrivée au pouvoir, qu'il ne ferait pas plus de deux.

La question des candidatures des gens de sa génération n'est donc, qu'un prétexte pour justifier son intention de briguer un troisième mandat à la tête de la Côte d'Ivoire et qui est contraire à sa promesse. Surtout que l'ancien président Bédié a déjà annoncé son intention de présenter sa candidature à la présidentielle.

On le sait, la candidature à une présidentielle doit être motivée par un projet de société ambitieux, assorti d'une stratégie de mobilisation de ressources pour sa mise en œuvre en vue d'améliorer les conditions de vie des citoyens.

Et selon les principes sacro-saints de la démocratie, toute personne remplissant les conditions prévues par la loi fondamentale, c'est-à-dire la Constitution du pays, et qui le souhaite peut présenter sa candidature à un poste électif, fut-il celui de président de la République. Quitte aux électeurs de le sanctionner par la voie des urnes.

En disant que si Bédié ou Gbagbo se présente en 2020, il sera lui aussi candidat, ADO a fini de convaincre ceux qui en doutaient encore sur ses velléités de garder les clés du palais de Cocody.

Après sa déclaration, on assistera sans nul doute, dans les jours à venir, à un regain de tension au sein de la classe politique, dans ce pays où la fièvre électorale ne cesse de monter depuis quelques mois.

Et cela en raison de la guerre de positionnement à laquelle l'on assiste aussi bien au sein de la majorité que de l'opposition.

En effet, dans le camp présidentiel, le Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, le ministre de le Défense, Hamed Bakayoko et le vice-président, Daniel Kablan Duncan, tous proches de ADO, sont perçus comme de probables dauphins pour 2020.

Dans ce trio, les uns n'hésitent pas à entreprendre des actions pour taper dans l'œil du Big boss, espérant ainsi faire ombrage aux autres, pour avoir ses faveurs au cas où il ne se présenterait pas.

Du côté de l'opposition, on a l'ancien président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro qui se présente comme le candidat de la réconciliation nationale face à Bédié, âgé de 85 ans, qui se fait passer pour le fils héritier du défunt père de la nation ivoirienne, Félix Houphouët Boigny.

Sans oublier le troisième larron qui n'est d'autre que Laurent Gbagbo, 74 ans, dont l'avocat, Emmanuel Altit, demande sa libération sans condition, évoquant l'hypothèse de sa candidature l'an prochain.

Et le plus regrettable dans tout cela, est le fait que les Ivoiriens sont comme pris en otage dans cette situation où ils semblent ne plus savoir à quel homme politique faire confiance.

Dans pareil contexte marqué par une fièvre électorale et une classe politique profondément divisée, l'élection présidentielle de 2020 en Côte d'Ivoire concentre les peurs, tant l'on craint le retour des vieux démons de la crise postélectorale de 2010.

Vivement que les acteurs politique travaillent à préserver ce pays, vu comme la locomotive du développement des pays de l'UEMOA, contre une autre crise !

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.