Angola: Enquête sur le «scandale de l'Eglise Universelle »

Luanda — Une enquête est menée ces derniers jours par le Bureau du Procureur Général de la République, sur une éventuelle castration chimique et vasectomie auxquelles auraient été soumis, en Angola, quelques pasteurs de l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu (IURD, sigle en portugais).

Face à ces dénonciations, le vice-procureur de la République a fait savoir lundi à l'ANGOP que 28 évêques et pasteurs avaient annoncé leur rupture avec le leader de cette Eglise, l'évêque Edir Macedo.

Cette rupture est due à des pratiques doctrinales contraires, telle que l'exigence de pratiquer la vasectomie, outre l'évasion des devises vers l'étranger, a précisé Mota Liz.

Un communiqué signé par 300 évêques et pasteurs révèle qu'au cours des 12 derniers mois, le leadership brésilien, sur ordre d'Edir Macedo, obligeait les pasteurs angolais à se soumettre au processus de vasectomie.

En contrepartie, la Direction de l'Eglise Universelle du Royaume de Dieu indique qu'il s'agit d'un « réseau de mensonges monté par des ex-pasteurs destitués de cette institution, pour avoir un moral détourné et des conduites voire criminelles, dans le seul but de satisfaire leur avidité ».

Interrogé sur l'affaire, le vice-procureur général a dit qu'une enquête sur le cas de castration chimique avait déjà été ouverte, et qu'elle suivait ses voies légales ».

Institution de droit angolais, l'IURD est reconnue par le Ministère de la Justice, sous le numéro 26 inscrit dans le Journal de la République du 17 juillet, série I, numéro 28.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: ANGOP

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.