Congo-Kinshasa: Affaire Lobo - Le vrai message du Chef de l'Etat

3 Décembre 2019

La presse congolaise, particulièrement celle en ligne, a abondamment commenté l'arrestation, le week-end, suivie du transfèrement à la prison de Makala, du Coordonnateur des services administratifs du Chef de l'Etat, Dieudonné Lobo, pour une affaire liée à un contrat d'exploitation des diamants à la MIBA.

Le Phare salue tout simplement le geste posé par le Premier Citoyen Congolais pour sa portée combien pédagogique. Car, cela pourra sans doute servir de leçon à quiconque serait tenté d'agir comme par le passé pour comprendre que l'heure du changement a effectivement sonné.

A ce niveau, personne n'est en mesure d'attester ou non l'implication du Coordonnateur Dieudonné Lobo dans un dossier d'investissement parce que l'affaire est entre les mains de la justice qui en a la compétence. C'est plutôt ce message fort que le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi vient d'émettre en direction de ses concitoyens, notamment ceux et celles nommés aux différents postes de responsabilité du pays qui nous intéresse.

Par ce geste assez prompt comme on peut le remarquer, le Chef de l'Etat a voulu rappeler son engagement pris avec son peuple lors de la campagne électorale. Celui de moraliser la vie publique en République Démocratique du Congo, à travers la lutte acharnée et sans merci contre les antivaleurs, parmi lesquelles figure la corruption.

C'est ici qu'on doit chercher à décortiquer le vrai message émis par Président de la République en mettant à la disposition de la justice son proche collaborateur alors qu'il a tous les pouvoirs de le protéger.

Finie l'impunité, le trafic d'influence, personne n'est au-dessus de la loi. Tout le monde doit répondre de ses actes. Voilà le message qu'il faut retenir de l'arrestation du coordonnateur Dieudonné Lobo. Autrement dit, l'heure de la magouille et autres pratiques indélicates ayant plongé le pays dans le gouffre est totalement révolue. A ceux qui tardaient encore à comprendre de tirer de leçons appropriées.

La tolérance-zéro sans exclusive

L'arrestation de D. Lobo qui sera bientôt devant le juge pour se justifier des griefs qui lui seront communiqués, doit interpeller l'ensemble des Congolais, notamment les gestionnaires publics. Ces derniers doivent désormais intérioriser la notion de l'intérêt public. On n'est pas nommé pour s'enrichir ou encore miser sur ses fonctions ou sa position pour se permettre n'importe quoi. La misison dévolue à tout gestionnaire est de répondre le mieux aux besoins de la communauté.

Désormais, les ministres nationaux et provinciaux, les mandataires publics, les responsables des services... bref, chacun là où il est doit comprendre que le temps de détournement des deniers publics, les affectations non justifiées des fonds, le trafic d'influence ou toute autre antivaleur est derrière nous. L'heure a sonné pour que chaque Congolais et Congolaise prenne conscience et lève définitivement l'option de ne plus agir comme par le passé. On a suffisamment gaspillé notre temps à travailler pour des intérêts personnels et égoïstes au détriment de la communauté. Au contraire, nous avons enregistré un grand retard qui ne se justifie point au regard des potentialités dont regorge le pays.

Le message ne s'adresse pas seulement aux ministres et mandataires publics, mais également aux députés et sénateurs qui se livrent à des pratiques sales comme celles connues antérieurement, consistant à monnayer l'interpellation des membres de l'exécutif et mandataires publics dans le but de gagner de l'argent.

Enfin, le geste du Chef de l'Etat devra aussi servir de leçon aux mandataires des entreprises publiques qui seront bientôt nommés.

Tout le monde est censé intérioriser la philosophie du nouveau leadership national préoccupé par le souci de moraliser la vie publique, en gérant pour le bien de la communauté et non à des fins d'enrichissement illicite.Dom

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.