Congo-Kinshasa: Ituri - Les autorités congolaises et les Nations Unies expriment leur solidarité aux populations de Biakato

communiqué de presse

Bunia, le 2 décembre 2019 - C'est dans une ville qui essuyait encore ses larmes, car meurtrie par les dernières attaques de miliciens, qu'une délégation conjointe du Gouvernement provincial de l'Ituri et de l'équipe des Nations Unies pour la réponse d'urgence à Ebola (EERC) est arrivée ce samedi 30 novembre 2019 en milieu de matinée. Elle a voyagé à bord d'un hélicoptère de la Monusco affrété par le Bureau de Coordination de la Réponse d'Urgence des Nations Unies contre Ebola (EERC).

Située dans le Territoire de Mambasa, à environ 250 kilomètres de Bunia, en Ituri, la Cité de Biakato reste l'un des foyers encore actifs du virus d'Ebola. Malheureusement, Biakato reste aussi une zone où des groupes armés s'attaquent régulièrement aux équipes de riposte contre cette épidémie. La dernière attaque en date est survenue dans la nuit de mercredi 27 à jeudi 28 novembre 2019, faisant plusieurs victimes et blessés, dont certains graves.

Bien que plusieurs personnes restent toujours portées disparues, du personnel des équipes de riposte a été relocalisé vers Goma et Beni, au Nord-Kivu voisin. Du coup, l'espoir de vaincre rapidement cette maladie a cédé la place à l'inquiétude de voir tous les efforts consentis jusqu'ici anéantis par ces obscurantistes. Ces derniers continuent à véhiculer de fausses rumeurs sur la réalité de l'épidémie, n'hésitant pas à s'attaquer aux innocents qui mettent leurs vies en danger pour sauver celles des autres.

C'est pour présenter les condoléances aux familles éplorées, compatir avec des populations locales encore traumatisées et leur apporter le réconfort et le soutien des autorités provinciales et des Nations Unies que la délégation mixte est arrivée Biakato.

Forte de 14 personnes, la délégation était conduite par le Gouverneur intérimaire de l'Ituri, Ibrahim UCIRCAN BULE. A l'arrivée de la délégation à Biakato, l'ambiance ressemblait à celle d'une « ville morte », la Cité ayant presqu'été désertée par ses habitants. Çà et là, au passage de la délégation, l'on pouvait à peine apercevoir quelques âmes qui y vivent. L'école primaire locale était vide ce samedi matin, pourtant jour de classe.

A son arrivée, la délégation a été accueillie par le Comité local de sécurité. Aussitôt après, elle s'est rendue à la Salle de la CECA 20 où devait se tenir une rencontre avec quelque 400 personnes représentant la Fédération des Entreprises du Congo FEC, les confessions religieuses, chefs coutumiers, l'équipe médicale, Association de taxi motos, enseignants, associations féminines...

Chaque structure a eu droit à la parole pour faire remonter auprès de l'Autorité provinciale les suggestions de la base pour que les équipes de riposte contre Ebola puissent travailler en toute quiétude dès leur retour déjà réclamé par la population.

Deux recommandations ont été faites à la délégation ; d'abord, que le Gouvernement provincial persuade l'équipe de riposte de regagner cette localité d'urgence afin de contenir cette épidémie, « dans le cas contraire, la population sera décimée par Ebola », a déclaré un des participants à la réunion. De fait, depuis l'attaque de la semaine dernière et le départ des équipes de riposte, on déplore déjà 2 morts dus vraisemblablement à Ebola à Biakato.

Deuxième doléance des populations ; le renforcement de la sécurité dans la zone. Ce à quoi le Gouverneur intérimaire de l'Ituri a répondu que la présence de l'armée est déjà renforcée sur place. Mais, a-t-il ajouté, « il faut évaluer les progrès sécuritaires pour garantir la protection de l'équipe médicale avant son redéploiement immédiat à Biakato ». Cette évaluation sera faite lors de la prochaine réunion du Comité provincial de sécurité prévue cette semaine à Bunia.

Enfin, comme pour témoigner de l'intérêt des Nations Unies pour la lutte contre Ebola, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies chargé des Operations de maintien de la Paix, Jean-Pierre Lacroix en visite en RDC, a effectué une visite-éclair ce même samedi après-midi à Biakato. Là aussi, c'était pour transmettre aux populations et aux équipes de riposte le message de paix, de solidarité et de réconfort du Secrétaire général de l'ONU ; et rappeler que les Nations Unies ne se laisseront pas intimider par les ennemis de la paix et poursuivront leur appui à l'éradication de cette épidémie.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Monusco

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.