Rwanda: Lutte contre le VIH/SIDA - Paul Kagame exhorte les gouvernements africains à investir dans la santé

Le président rwandais s'exprimait, le 2 décembre, à Kigali, lors de la vingtième conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles en Afrique (Icasa 2019).

« Les dons vitaux continuent de relever le défis, grâce aux initiatives du Fonds mondial, Gavi, qui apportent des contributions significatives. De leur côté, les gouvernements en Afrique doivent prioriser le financement intérieur pour les soins de santé, afin de créer un fondement durable et à long terme pour ce partenariat précieux », a déclaré Paul Kagame, dans son discours d'ouverture des travaux.

Sur cette note, le chef de l'Etat rwandais a saisi l'opportunité pour remercier les partenaires qui ont contribué dans la lutte contre le VIH/sida dans son pays, et souhaité qu'ils continuent de travailler afin d'atteindre les objectifs fixés.

Pour lutter efficacement contre cette pandémie dévastatrice et remporter des victoires, Paul Kagame pense que quelques facteurs clés doivent être mis en oeuvre, à savoir le dialogue, le système de santé fort, le professionnalisme dans le secteur de la santé, les infrastructures et la technologie, la confiance, etc.

« La stigmatisation et le silence sont des tueurs. La honte décourage les personnes vivant avec le VIH qui se gênent parfois d'accepter leur statut et d'accéder aux soins nécessaires, afin de vivre une vie normale. Icasa existe pour briser les tabous qui freinent la prévention et le traitement précoce », a signifié le président rwandais.

La confiance, selon lui, permet aux citoyens « de croire et d'agir sur les directives de santé venant des institutions publiques, et changent leur comportement de manière appropriée ».

Paul Kagame a précisé: « Une bonne politique et une bonne gouvernance jouent un rôle important dans la santé de la population. Il n'existe pas de substitut pour la construction d'une société inclusive. Les citoyens jeunes et vieux doivent être considérés comme des parties prenantes avec un avenir plein d'espoir ».

Icasa 2019 au Rwanda se tient une année avant les objectifs mondiaux 90-90-90 de l'Onusida en 2020. Cette conférence est la première réunion stratégique offerte aux dirigeants, activistes, scientifiques et communautaires.

90-90-90 est un objectif mondial fixé par l'Onusida, d'ici à 2030, pour la riposte face au sida. Il doit s'accompagner d'une lutte déterminée contre les infections sexuellement transmissibles et s'explique de la manière suivante: à l'horizon 2030, 90% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique; 90% de toutes les personnes infectées par le VIH dépistées reçoivent un traitement anti rétroviral durable; 90% des personnes recevant un traitement antirétroviral ont une charge virale durablement supprimée.

L'ouverture de la conférence internationale sur le sida et les infections sexuellement transmissibles a connu la présence de l'Organisation des premières dames d'Afrique pour le développement, conduite par sa présidente, Antoinette Sassou N'Guesso. Peu avant, les premières dames ont tenu une réunion de haut niveau au cours de laquelle elles ont renouvelé leur engagement en faveur d'une Afrique sans sida.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.