Sénégal: Troisième usine de keur momar sarr (kms3), dépollution de la baie de hann, contrat suez, approvisionnement en eau de touba... - Serigne Mbaye Thiam eclaire les deputes

3 Décembre 2019

La ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam a défendu hier, lundi 2 décembre à l'Assemblée nationale, le projet du budget 2020 de son département. En cette occasion, il est revenu sur les projets de la troisième usine de Keur Momar Sarr (KMS3), de l'usine de dessalement de l'eau de mer des Mamelles, de la dépollution de la baie de Hann, de l'approvisionnement en eau à Touba mais aussi sur l'attribution du contrat d'affermage de l'eau en milieu urbain à la société d'exploitation qui aura comme partenaire Suez et qui va prendre service le 1er janvier 2020.

Face aux députés hier, lundi 2 décembre pour le vote du projet de budget 2020 de son département, le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam, a fait part de ses projets. Il s'agit, entre autres, des projets de l'hydraulique urbaine, notamment la troisième usine de Keur Momar Sarr (KMS3) et l'unité de dessalement de l'eau de mer des Mamelles. Ces projets totalisent plus de 430 milliards de F Cfa d'investissement, alors que l'hydraulique est à près de 100 milliards de F Cfa au vu des conventions de financement signées et des dotations budgétaires de l'Etat. KMS3 aura une capacité finale de 200.000 m3/jour d'eau et viendra s'ajouter aux 420.000m3/j d'eau produite pour l'alimentation actuelle de Dakar. «Elle devra couvrir, à l'horizon 2035, les besoins en eau potable des populations dans la région de Dakar et des localités traversées par la conduite du Lac de Guiers», a fait savoir Serigne Mbaye Thiam. Interpellé sur l'investissement pour l'unité de dessalement d'eau des Mamelles, le ministre de l'Eau et de l'Assainissement répond: «l'eau est approvisionnée à 250 km pour l'agglomération dakaroise, à près de 410.000 m3 par jour. On pouvait ne pas le faire et faire un autre traitement. Mais s'approvisionner à 250 km, si une pièce tombe en panne, Dakar sera en manque d'eau. Et, dans le cadre du programme de sécurisation de l'approvisionnement en eau de l'agglomération dakaroise, cela demande une usine de dessalement», a expliqué Serigne Mbaye Thiam.

Depollution de la baie de Hann

La dépollution de la baie de Hann a été au centre des questions soulevées à l'Hémicycle. Les députés ont interpellé le ministre de l'Eau et de l'Assainissement sur les raisons du retard du démarrage des travaux. «Si le projet a connu des retards, c'est dans le souci d'avoir plus de clarté. Quand on a fait un premier Appel d'offres, il y a eu recours. On a fait l'évaluation et on l'a donné à une autre entreprise, mais j'ai appris qu'il y a eu un autre recours. Il faut du temps pour examiner le recours pour voir l'entreprise qui a gagné le marché. C'est ça qui a retardé les travaux, mais l'argent du projet est disponible et les études ont été faites», a répondu Serigne Mbaye Thiam. Traitant le défi sécuritaire pour l'alimentation en eau de Dakar, le ministre a informé que cette préoccupation est en train d'être prise en charge en relation avec les services compétents afin d'apporter une protection accrue aux installations des usines de traitement d'eau de Keur Momar Sarr.

«98 % de taux d'accés à l'eau potable  en  milieu  urbain et  93% en milieu  rural»

Selon Serigne Mbaye Thiam, le Sénégal a un taux de 98% d'accès à l'eau potable en milieu urbain et 93% pour le milieu rural. Ce qui lui fait dire que notre pays a atteint les normes de l'Organisation mondiale de l'eau. Toutefois, dira Serigne Mbaye Thiam, «notre problème, c'est la sécurisation de l'accès à l'eau, surtout en milieu rural. On a des vulnérabilités en milieu rural. En milieu urbain, je prends l'exemple de Dakar. L'eau vient du Lac de Guiers, il y a aussi de l'eau qui vient des forages. Lorsque deux ou trois forages tombent en panne, ça n'arrête pas l'approvisionnement en eau à Dakar, mais peut-être c'est la pression qui baisse. Dans le milieu rural, un seul forage alimente beaucoup de villages. C'est pourquoi, quand une seule pièce tombe en panne, du jour au lendemain, les populations souffrent du manque d'eau parce qu'on n'a pas un réseau. C'est le défi qu'on doit régler. C'est la vulnérabilité», a déclaré le ministre de l'Eau et de l'Assainissement.

Approvisionnement en eau potable à Touba

Interpellé sur les manquements liés à l'approvisionnement en eau à Touba surtout durant le Magal par des députés dont Cheikh Abdou Mbacké et Mamadou Lamine Diallo, le ministre de l'Eau et de l'Assainissement, Serigne Mbaye Thiam a estimé qu'environ «50% de l'eau produite à Touba est perdue du fait de la vétusté et de la mauvaise qualité du réseau de distribution». Toutefois, a-t-il tenu à préciser, le président Macky Sall a donné des instructions pour un «audit du réseau hydraulique de Touba afin de résoudre cette question vitale pour le développement de la cité religieuse». Et d'ajouter que le «délai est très court pour garantir la résolution définitive de ce problème d'ici le prochain Magal, à cause de certains paramètres notamment les termes de référence de l'audit du réseau et son exécution ainsi que l'évaluation du programme d'investissement et sa mise à niveau pour la reprise du réseau». Selon Serigne Mbaye Thiam, «ce problème de délais se pose également dans le domaine de l'assainissement dans la cité religieuse d'ici le prochain Magal car le projet des eaux fluviales, d'un montant estimatif de 20 milliards, est à l'étude et que les travaux devraient durer entre 8 et 12 mois, sans compter les délais d'Appel d'offres».

Serigne Mbaye Thiam  sur le contrat D'affermage en eau potable

«La société d'exploitation qui aura comme partenaire SUEZ prendra service le 1er janvier 2020» «Nous avions eu un contrat de transition avec la Sénégalaise des Eaux (SDE) qui partait du 1er juillet 2019 et qui expire le 31 décembre 2019. Le plan de transition est en cours. Le plan de clôture du contrat avec la SDE est cours, la société d'exploitation qui aura comme partenaire SUEZ va prendre service le 1er janvier 2020. Elle aura un nom différent de SUEZ. L'actionnariat est ainsi réparti à 25% pour l'Etat, 20% pour le privé national, 10% pour les travailleurs et 45% pour le groupe SUEZ», a fait savoir Serigne Mbaye Thiam

Budget  2020 du Ministère de l'Eau et de l'assainissement : Serigne Mbaye Thiam pèse 113.329.743.144 F Cfa

Le projet du budget 2020 du ministère de l'Eau et de l'Assainissement est arrêté à 113.329.743.144 F Cfa, pour 1053.955.504.323 F Cfa en autorisation d'engagement. Les crédits du programme Pilotage, Coordination et Gestion administrative sont arrêtés à 2.411.417.628 F Cfa pour l'exercice 2020 en crédits de paiement. Pour l'accès à l'eau potable, les crédits du programme sont arrêtés à 534.619.816.943 F Cfa en autorisation d'engagement et 57.686.556.990 F Cfa en crédits de paiement. Quant à l'assainissement et la gestion des eaux pluviales, les crédits du programme sont arrêtés à 231.875.130.046 F Cfa en autorisation d'engagement et 42.001.874.298 F Cfa en crédits de paiement. Pour la gestion intégrée des ressources en eau, les crédits alloués pour le programme sont estimés à 287.460.557.334 F Cfa en autorisations d'engagement et 1.122.894.228 F Cfa 9 en crédits de paiements.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.