Burkina Faso: Levée du secret-défense du budget du ministère de la défense - L'opposition revient à la charge

3 Décembre 2019

Selon l'opposition politique, la situation sécuritaire dans notre pays se dégrade de jour en jour avec des tristes informations diffusées dans les médias dont les plus récentes sont la « tuerie de 14 fidèles d'une église protestante dans la région de l'Est le 1er décembre dernier et l'assassinat d'un infirmier dans l'Oudalan ».

« Sur les derniers événements qui ont eu lieu à l'Est du pays, certains disent que ce sont des koglgweogo et des terroristes qui se sont affrontés et certains disent que ce sont des communautés qui se sont affrontées.

D'autres disent que se sont des FDS et les terroristes, toujours est-il qu'il y a un flou là-dessus. C'est la raison pour laquelle nous demandons au gouvernement de nous éclairer sur la question », a fait entendre M. Diemdodia Dicko.

Pour les conférenciers, ces nombreuses attaques et tueries constituent des « faits très graves » et montrent que la crise s'enracine et que toutes les frontières du pays sont désormais sous menace.

« Cet échec est de la responsabilité du MPP qui a fait un mauvais diagnostic et qui gère mal jusque-là cette crise.

Et, le comble, c'est l'incident malheureux qui a eu lieu entre FDS à Bobo-Dioulasso le 30 novembre dernier », a déploré le président de l'URD/MS, Alphonse Marie Ouédraogo qui, néanmoins, a félicité et encouragé les FDS pour la mise hors d'état de nuire de plusieurs terroristes à Bagré et à Pô dont un leader de groupe auparavant recherché.

Sur la question du secret défense qui, selon le Contrôleur général d'État, constitue un des problèmes de son institution, l'opposition politique demande la levée du secret défense sur le ministère de la Défense afin de permettre à l'Autorité supérieure du contrôle d'État et de la lutte contre la corruption (ASCE/LC) de faire son travail.

Pour le président de l'URD/MS, « aucune disposition connue ne permet d'opposer le concept de secret défense aux missions de contrôle de l'ASCE/LC. Le contrôleur d'État et ses collègues sont assermentés et soumis au secret professionnel.

Au moment où le budget de l'armée augmente dans des proportions considérables en raison de l'effort de guerre, l'opposition politique est d'avis avec l'ASCE qu'un contrôle plus serré de l'utilisation de cet argent est d'une grande nécessité » a indiqué M. Ouédraogo.

De ce fait, l'opposition, par la voix de son chef de file, dit avoir demandé au président du Faso de « bien vouloir autoriser l'ASCE/LC à faire le contrôle du ministère de la Défense, particulièrement celui des marchés d'équipements entrant dans le cadre de l'effort de guerre afin d'assurer la nation que l'utilisation des deniers publics se fait dans le respect des normes établies ».

Par ailleurs, l'opposition politique s'est réjouie de l'inauguration du barrage de Samendeni le samedi 30 novembre dernier à Bobo-Dioulasso qui est le fruit d'un long processus.

L'opposition souhaite que ce projet puise booster le développement économique de la région des Hauts-Bassins et, partant, de tout le Burkina Faso.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Fasozine

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.