Burkina Faso: Massacre au temple de Foutouri - Cri de douleur de la FEME

document

La communauté évangélique du Burkina Faso, comme les autres confessions, continue de compter ses morts suite aux actes de terrorisme. En effet, le pasteur Sawadogo Jean de l'église de Tasmakatt a été abattu le 19 février 2019 sur l'axe Tasmakatt-Gorom-Gorom suivi de son collègue Zoré Elie, de l'église AD de Bouloutou dans la commune d'Arbinda le 23 avril.

La première tuerie dans une église a été celle du dimanche 28 avril 2019, où des terroristes ont abattu le pasteur pierre Ouédraogo et 5 de ses fidèles dans l'enceinte de l'église des Assemblée de Dieu de Sirgadji, commune de Togomael, province du Soum.

Dans la journée dominicale du 1er décembre 2019, ce fut le tour de l'église locale d'Hantoukoura qui a été attaquée avec un lourd bilan de 14 morts parmi lesquelles figurent des mineurs.

La Fédération des églises et missions évangéliques du Burkina (FEME), à travers la déclaration qui suit, exprime sa douleur face à la répétition de tels actes barbares et invite ses fidèles à s'armer de la foi dans le jeûne et la prière.

"Le drame odieux survenu à l'Eglise évangélique SIM d'Hantoukoura dans la Komandjari plonge une fois de plus toute l'Eglise du Burkina Faso dans le deuil.

Tous les fidèles encore sous le choc de cette tragédie expriment leur tristesse et leur douleur face à la répétition de tels actes barbares et déshumanisants.

La Fédération des églises et missions évangéliques (FEME), dans sa consternation, invite toutes les églises à utiliser le jeûne et la prière comme premières armes sur toute l'étendue du territoire national.

La Fédération présente aux familles éplorées et à toute l'Eglise évangélique SIM ses condoléances les plus attristées. Elle prie pour un prompt rétablissement de tous les blessés et des traumatisés encore sous le choc de cette tragédie.

La FEME remercie le président du Faso, le Premier ministre et son gouvernement, Son Eminence le cardinal Philippe Ouédraogo et toute la communauté catholique, El Hadji Rasmané Sana et toute la Communauté musulmane, Sa Majesté le Mogho Naba Baaongo et toute la communauté coutumière et traditionnelle pour leur marque de sympathie vis-à-vis de la FEME et de toute l'Eglise évangélique du Burkina Faso.

La FEME demande à toutes les Eglises de son ressort d'organiser des cultes d'invocation pour supplier le Seigneur Jésus d'intervenir au Burkina Faso pour instaurer la paix et la quiétude que le Pays des hommes intègres a perdues depuis quelques années.

La FEME invite également les organisations chrétiennes à contribuer davantage à la recherche de la paix au travers des formations de la jeunesse burkinabè afin d'amener toutes les couches sociales à s'unir et à s'engager dans la lutte pour la paix et la cohésion sociale. La culture de la paix et de la citoyenneté responsable est une valeur à préserver.

A l'approche de la Noël, nos cœurs battent pour accueillir le Prince de la Paix qui vient faire la paix d'abord entre l'homme et son Dieu, puis entre les hommes eux-mêmes afin que tous les hommes puissent dire ensemble : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre parmi les hommes qu'Il agrée ».

Dimanche 1er décembre 2019 une fois de plus, nos valeurs de tolérance, de pardon et d'amour ont été bafouées. La liberté de culte consacrée par notre Loi fondamentale a été piétinée.

Cependant, c'est dans l'amour de Dieu et de notre prochain, dans l'unité et la solidarité, en nous débarrassant de tout esprit de peur et de vengeance que nous finirons par vaincre.

Puissent l'unité du Corps de Christ ainsi que celle de toute la nation nous conduire vers des lendemains meilleurs !

Que Dieu bénisse le Burkina Faso !

Ouagadougou, le 03 décembre 2019

Pour la Fédération

Le président

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.