Cote d'Ivoire: 14ème Réunion de la Région africaine de l'OIT / Guy Rider le Directeur général du BIT - « Contribuons à bâtir sur ce continent l'avenir du travail »

Après la 9ème Réunion tenue en 1999, sur les bords de la lagune Ebrié, la Côte d'Ivoire accueille la 14ème Réunion régionale africaine de l'Organisation internationale du travail (OIT) dont les travaux se sont ouverts, hier, au Sofitel Hôtel Ivoire, sis à Cocody en présence du Directeur général du Bureau international du travail (BIT), Guy Rider.

Cette rencontre de haut niveau qui se tient tous les 4 ans regroupe l'ensemble des acteurs politiques, économiques et sociaux des pays de la Région. Y participent, l'ensemble de mandants tripartites des 54 pays d'Afrique, ainsi que des représentants d'organisations internationales, intergouvernementales et non gouvernementales.

Placée sur le thème, " Vers plus de justice sociale : façonner l'avenir du travail en Afrique", l'ouverture de cette Réunion a été l'occasion pour le Directeur général du BIT de rappeler les enjeux de ce rendez-vous qui vise « à se pencher sur l'avenir du travail, et par conséquent l'avenir de nos populations, de nos sociétés et sur l'avenir de l'OIT qui, il y a 60 ans, établissait sa présence permanente sur le continent africain.

Selon Guy Rider, s'adressant à l'ensemble des participants présents, « l'occasion nous est donnée de contribuer à bâtir sur ce continent l'avenir du travail, parce que l'Afrique a toutes les raisons de regarder cet avenir avec confiance».

Tout en reconnaissant qu'il y a des défis majeurs à relever, il s'est inquiété de ce que cette 14ème Réunion se tient à un moment où l'économie mondiale marque le pas : « Selon les estimations de l'économie mondiale, la croissance sera de 3% seulement dans le monde et d'environ 4% sur le continent africain.

Et c'est dans ce contexte qu'il faudra relever le défi de l'emploi en Afrique. Créer 26 millions d'emplois collectifs tous les ans si l'on veut réaliser l'enjeu du développement durable à l'horizon 2030.

C'est également dans ce même contexte que le déficit annuel de 63 milliards de dollars devrait être comblé afin de pouvoir financer les investissements nécessaires pour que la protection sociale universelle devienne une réalité en Afrique.

Tous ces défis auront, en toile de fond, les mutations profondes du monde du travail ». Ces changements, poursuivra-t-il, se produisent « sous l'effet de l'évolution démographique, de l'innovation technologique, du changement climatique et de trajectoire de plus en plus incertaine que suit la mondialisation ».

Et le directeur général du BIT d'indiquer que « D'ici à 2035, la main d'œuvre va croître de plus de 60% en Afrique ». C'est pourquoi, il a invité le continent à se pencher vers les nouveaux défis qui sont les nouvelles technologies, notamment le numérique.

Et de rappeler que « La nature des défis à relever appelle impérativement une gouvernance efficace du travail en Afrique ». Le ministre ivoirien de l'Emploi et de la protection sociale, désigné président de cette 14ème Réunion, a reconnu le retard de l'Afrique et démontré les défis énormes qui l'attendent.

« Notre continent est confronté à de nombreuses difficultés relatives notamment à l'importance de l'économie informelle dans la majorité de nos pays ; au chômage de notre jeunesse pour laquelle il nous faut nécessairement construire un avenir sûr ; à notre faible niveau d'industrialisation ; à notre système agricole fortement orienté vers l'exportation de nos matières premières ; à la déforestation galopante et bien entendu au changement climatique et à ses conséquences dramatiques qui n'iront que croissant si nous n'agissons pas vigoureusement » a-t-il indiqué.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.