Cameroun: Voies maritimes - La gestion des sédiments explorée

Un atelier régional planche sur les chenaux, bassins portuaires et infrastructures maritimes depuis lundi, 2 décembre 2019 à Douala

L'évaluation et la gestion des sédiments dans les chenaux, bassins portuaires et infrastructures maritimes sont au coeur d'un atelier régional de cinq jours lancés hier, 2 décembre 2019, à Douala. Organisés par le Port autonome de Douala (Pad), l'entreprise Hydrac, l'Agence nationale de Radioprotection (Anrp) et l'Agence internationale de l'énergie atomique (Aiea, organisme du système des Nations unies), les travaux portent sur une problématique commune aux pays côtiers : le transport des sédiments. Il arrive, ainsi que le mentionnera le Dg d'Hydrac, David Ekoume, que les dépôts sédimentaires - ou limon - empêchent de grands navires d'accoster. Le port de Douala, pour ne prendre que cet exemple, est de la sorte astreint à un dragage régulier de son chenal. Mais avec les nouvelles technologies, d'heureuses perspectives peuvent être envisagées.

« Compte tenu de ses caractéristiques géographiques, le port de Douala- Bonabéri se sent particulièrement honoré d'avoir été choisi comme terrain d'expérimentation et de démonstration de la technologie de radiotraceurs et de contrôles nucléoniques », dira le directeur général du Pad, Cyrus Ngo'o. Avant de saluer « un système novateur » qui permet d'optimiser la gestion des sédiments dans les chenaux portuaires et les bassins hydrauliques.

« Le présent cours porte sur l'évaluation et la gestion du transport des sédiments dans la sous-région du Golfe de Guinée en utilisant le système de contrôle nucléonique », a rappelé le Dg d'Hydrac. Il expliquera ensuite les objectifs du projet. A savoir : développer les capacités régionales en Afrique pour résoudre le problème de transport des sédiments au niveau des ports et au niveau des barrages hydro-électriques. Il est aussi question de développer l'expertise et les compétences des pays concernés dans le domaine de l'utilisation des traceurs radioactifs notamment. Autres objectifs poursuivis par la formation : renforcer les capacités régionales d'étude et d'évaluation des mécanismes sédimentaires responsables de l'envasement et des dépôts de sédiments dans les barrages et les infrastructures côtières ; mesurer la concentration des sédiments en suspension dans les cours d'eau et rivières ; assurer le contrôle de la qualité des travaux de dragage, etc.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.