Congo-Kinshasa: 4ème CNRPF coordonnée par le CTMP/PF - Place et rôle de la planification familiale dans l'émergence de la RDC en 2030 au crible

La 4ème Conférence nationale sur le repositionnement de la planification familiale a été effectivement lancée le mardi 3 décembre 2019, à Kempinsky Fleuve Congo Hôtel, à Kinshasa, par le Vice-premier Ministre, Ministre de l'Intérieur, Gilbert Kankonde, au nom du Président de la République, Chef de l'Etat, Félix Antoine Tshilombo empêché.

"Emergence de la RDC en 2030 : place et rôle de la planification familiale". C'est le thème retenu pour ces assises organisées sous le haut patronage du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo. Cette 4ème Conférence, coordonnée par le Comité technique multisectoriel permanent de la planification familiale (CTMP/PF) offre l'opportunité au gouvernement congolais et les principaux bailleurs de fonds d'échanger sur les questions liées à la mobilisation des ressources additionnelles pour la planification familiale tant au niveau provincial, national qu'international. Ainsi, les conférenciers vont également échanger sur les innovations pour l'offre de services de planification familiale. C'est vraiment une occasion de partage d'expérience sur le rôle additionnel des confessions religieuses pour augmenter l'utilisation de services de PF.

Pour le Ministre Gilbert Kankonde, le Chef de l'Etat a pris l'engagement de rendre disponible et accessible les services de planification familiale. Il a révélé que le Gouvernement congolais prendra des mesures idoines pour la matérialisation des engagements pris par la RDC à Addis-Abeba en 2013 misant sur le Plan stratégique national à vision multisectorielle pour la planification familiale pour la période 2014-2020. Ce Plan se résume à l'augmentation et l'amélioration de la prévalence contraceptive moderne à 19% en 2020. Pour y arriver, le Vice- Ministre de la Santé Publique, Albert Mpeti, a suggère l'intégration des sociétés minières et brassicoles dans la contribution interne.

En marge de l'ouverture, plusieurs interventions ont été enregistrées. Notamment, celle du Représentant Résident du Fonds des Nations pour la Population (UNFPA/RDC), le Dr. Sennen Hounton. Ce dernier a souligné que le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) prend l'engagement de continuer à soutenir, aux côtés des autres partenaires techniques, les efforts de la RDC tendant à une meilleure adéquation entre la croissance démographique et la croissance économique pour une réduction effective de la pauvreté.

Cet événement, il convient de le signaler, se tient à un moment particulier. D'abord, au niveau mondial au lendemain de la célébration du 25ème anniversaire de l'adoption du Programme d'Action de la Conférence Internationale sur la Population et le Développement, puis au niveau national dans un contexte de mise en place des leviers de développement durable.

La voie à suivre est la pleine réalisation des droits reproductifs, pour chaque individu et couple. Cela inclut la suppression de tous les obstacles, qu'ils soient économiques, sociaux ou institutionnels, qui empêchent un choix libre et éclairé. Car, aucun pays au monde ne s'est développé sans la maîtrise de sa croissance démographique.

La population de la RDC en 2019 est estimée à environ 91 millions d'habitants par l'Institut National de la Statistique (INS). Avec un rythme de croissance de 3,3%, la RDC s'attend à un doublement de sa population tous les 20 ans, avec un impact direct sur la réalisation des ODD, la transformation socio-économique et l'émergence de la RDC d'ici 2030. Cela est dû à la faible utilisation des méthodes contraceptives modernes qui est un frein à l'autonomisation des femmes.

Selon l'Enquête MICS 2018, le taux moyen de prévalence contraceptive pour les méthodes modernes est estimé à 18% mais, cache des disparités énormes. L'utilisation des méthodes contraceptives modernes chez les femmes en union est de 12% en milieu rural. En moyenne une femme sur trois (28%) voudrait espacer ou limiter les naissances mais, n'en a pas les moyens. Elles n'ont donc pas le choix, ce qui limite leur autonomisation et contribution à l'économie nationale.

D'ailleurs, le rapport de la Banque Mondiale sur la pauvreté publiée cette année indique que 30% de la variabilité de la pauvreté est expliqué par la taille des ménages

La planification familiale sauve des vies des mères et des nouveau-nés

La planification familiale contribue à réduire la mortalité maternelle et infantile, respectivement de 30 et 10%, en permettant notamment aux femmes de mieux récupérer de l'accouchement précédent et augmenter leurs propres chances de survie et les chances de survie des nouveau-nés d'environ 50%.

La planification familiale constitue une stratégie de résilience de la famille avec un lien direct et établi de croissance démographique et la paix, la sécurité, le changement climatique, l'accès à l'éducation pour tous, la sécurité alimentaire et l'emploi.

Mais, malheureusement, dans beaucoup de pays, comme la RDC, ces liens sont encore sous-estimés.

"Je suis persuadé qu'avec l'amélioration de l'espace fiscale, la RDC donnera un signal fort pour sa détermination à investir pour assurer l'accès universel à la contraception volontaire", a conclu le représentant Résident de l'UNFPA/RDC.

Il sied de préciser que ces assises sont ouverts à tout le monde qui aimerait se renseigner sur la question de la planification familiale et quelques sujets tels que la lutte contre les grossesses non désirées, la lutte contre les avortements clandestins. Le CTMP qui regorge plusieurs structures tant nationales qu'internationales, a prévu des stands d'exposition. Hâtez-vous car, ces assises se clôturent ce jeudi 5 décembre 2019.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: La Prospérité

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.