Tchad: Mahamat Nour Ibedou placé en garde à vue

Au Tchad, le secrétaire général de la Convention tchadienne pour la défense des droits de l'homme (CTDDH), Mahamat Nour Ibedou, a été placé en garde à vue ce mardi et a été maintenu en détention pour la nuit. Il est accusé de diffamation par le neveu du président Idriss Déby, Bokhit Bahar Itno.

Tout a commencé avec un communiqué publié par la Convention tchadienne pour la défense des droits de l'homme (CTDDH) dénonçant des actes de torture commis par Bokhit Bahar Itno.

Après la publication de vidéos de témoignages de présumées victimes, le neveu du président Idriss Déby a porté plainte contre son secrétaire général, Mahamat Nour Ibedou.

Ce dernier a été convoqué le 3 novembre au commissariat et placé en garde à vue. La garde à vue a ensuite été prolongée pour la nuit, raconte Haggar Mahamat, membre exécutif de l'association.

Quatrième arrestation

« Les avocats ont demandé à ce qu'Ibidou puisse repartir avec eux, pour revenir le jour où la justice aura besoin de lui, explique-t-il.

Mais ils ont refusé. Pas question, Ibedou ne doit pas sortir de la police judiciaire. On le maintient en détention en toute violation des règles procédurales ».

Haggar Mahamat n'est pas surpris par cette arrestation. Les révélations de Mahamat Nour Ibedou sur le clan du président Idriss Déby lui ont déjà valu plusieurs poursuites judiciaires.

« Il a été arrêté pour la quatrième fois, poursuit-il. Juste parce qu'il a dénoncé les exactions commises par Idriss Déby et ses proches.

Ils se considèrent comme intouchables, et considèrent les Tchadiens comme leurs objets. Ils font tout ce qu'ils veulent, au vu et au su de la communauté internationale ».

La garde à vue de Mahamat Nour Ibedou pourait être prolongée jusqu'au 5 décembre. La Commision tchadienne pour la défense des droits de l'homme s'inquiète d'ores et déjà d'une detention prolongée.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.