Sénégal: Affaire de la santé de l'ancien chef de l'etat tchadien - Les preuves des soutiens du président Habré

4 Décembre 2019

La Cellule de communication du président Hissein Habré conforte la sortie de Mme Fatimé Raymonne Habré sur la maladie de l'ancien homme fort de Ndjamena, avec comme preuve à l'appui, la publication d'un cliché de la «radio prouvant la fracture du bras du président Habré».

Dans un communiqué parvenu à notre rédaction, ces soutiens du président Habré déplorent que «l'Administration pénitentiaire qui a un homme âgé blessé dans son établissement et par conséquent, sous sa responsabilité, a préféré politiser la question de la santé du président Habré plutôt que de répondre à l'urgence et lui porter assistance. Une urgence qu'on veut cacher en parlant de manipulations».

En effet, relève-t-on dans le texte, depuis le 16 novembre 2019, jour de l'accident, «cela fait donc 15 jours que le président Habré est dans sa cellule sans soins.

Le professeur Seydina Issa Laye Seye a posé son diagnostic : le Président Habré a une fracture du col de l'humérus (os du bras) et par conséquent, il doit être opéré.

L'Administration pénitentiaire qui a un homme âgé blessé dans son établissement et par conséquent, sous sa responsabilité, a préféré politiser la question de la santé du président Habré plutôt que de répondre à l'urgence et lui porter assistance. Une urgence qu'on veut cacher en parlant de manipulations».

Et la source de rappeler «qu'après avoir dit que le président Habré n'avait rien, ils ont commandité des articles pour insulter le président et sa famille et après, Mme Khady Faye, la régisseuse de la prison, (dans un journal) a affirmé que le président a une fêlure du fémur (os de la cuisse) !!

L'abus de leur position dominante leur fait dire ce qu'ils veulent en contradiction flagrante les uns et les autres mais qu'importe, c'est la raison du plus fort comme on dit».

Selon ces proches de l'ancien président tchadien, contrairement à ces autorités, «Mme Habré a toujours eu une position constante, claire, nette et précise, exhibant des radios.

Eux, ont insulté, dit plusieurs choses contraires, et organisé l'isolement du président. Ensuite, l'Administration pénitentiaire a mis en place une stratégie de l'usure sur le président tout simplement, indigne !», dénoncent-ils.

Non sans souligner que «les avocats ont été à nouveau refoulés le vendredi dernier, 29 novembre 2019. Depuis l'accident, l'administration pénitentiaire les empêche de rencontrer le président Habré».

Suffisant pour qu'ils notent que «dans la gestion de la santé du président, l'Administration pénitentiaire a montré qu'elle était sous influence politique car, qui peut croire que le maintien sans soins du président avec son bras fracturé pendant 15 jours est la position de responsables dans l'exercice normale de leurs fonctions ? En condamnant un homme à perpétuité, la volonté de lui nuire est évidente.

Cette même intention qui est affichée dans certains milieux au Sénégal, impliqués dans l'affaire Habré, s'est exprimée aujourd'hui, au sein de l'Administration pénitentiaire, manipulée, et oui ! Pour profiter de cet accident, pour porter atteinte à l'intégrité physique du président Habré et à sa santé déjà précaire...

Et «organiser une maltraitance sur sa personne car c'est bel et bien leur feuille de route», insistent la Cellule de communication Habré.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.