Sénégal: Gouvernance démocratique et institutions crédibles pour gérer les ressources naturelles - Tekki interpelle les patriotes

4 Décembre 2019

« Les patriotes africains doivent mener le combat pour une gouvernance démocratique et des institutions crédibles pour gérer d'abord les ressources naturelles ». Telle est la conviction de Mamadou Lamine Diallo de Tekki.

Dans la question économique qu'il pose tous les mardis au gouvernement, le député en profite pour brocarder encore le régime de Macky Sall.

Aussi a-t-il relevé dans la Questekki 175 du mardi 3 décembre 2019 que « Le Gouvernement de Macky Sall ne peut pas soutenir toutes ces années qu'il a la meilleure politique économique possible, baisser les tarifs d'électricité, faire des bénéfices à la Senelec et se réveiller en fin d'année 2019 après une élection présidentielle parrainée et confisquée pour augmenter le prix de l'électricité ».

Et d'arguer dans la foulée : «Pris au piège de la dette qui a financé des mauvais investissements publics, le cas scandaleux du troisième hôpital de Touba est un exemple, Macky Sall a mis le Sénégal sous les fourches caudines du FMI ».

Une appréciation qui permet au député de se prononcer sur la réunion internationale organisée à Diamniadio avant-hier, lundi, autour de la problématique Développement durable et dette soutenable : trouver un juste équilibre ».

Pour le député de Tekki ainsi, malgré des ressources minérales abondantes, nos Etats de l'Uemoa sont pris au piège de la dette. Suffisant pour Mamadou Lamine Diallo de relever : «

C'est triste de voir nos chefs d'Etats demander la mansuétude du Fmi et de la Bm pour changer la perception du risque des marchés vis-à-vis de nos pays.

Le Président Patrice Talon, qui a fait ses armes aux Ics du Sénégal, est même allé jusqu'à dire que nos Etats devraient emprunter à 2 à 3% pour des maturités de plus de 15 ans compte tenu de l'abondance des ressources financières dans le monde ».

Et de poursuivre : « Il (Talon-ndlr) reconnaît ainsi ce que nous avons toujours dit, les Eurobonds ne constituent pas une performance contrairement à ce qu'affirme le gouvernement de Macky Sall ».

Tout cela poussera le député de l'opposition à conclure : « En vérité, les chefs d'Etats sont pris au piège d'un faible capital social, nos institutions sont fragiles, les règles du jeu démocratique sont foulées au pied par les chefs d'Etats eux-mêmes qui rêvent de présidence à vie et la justice est manipulée ».

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 700 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.