Sénégal: Débat autour du supposé projet de troisième mandat du président - Macky Sall maintient le clair-obscur

4 Décembre 2019

Le chef de l'Etat, Macky Sall, s'est appliqué lui-même la ligne communicationnelle édictée à l'ensemble de la mouvance présidentielle, sur le débat autour du troisième mandat.

Interpellé sur ladite question hier, mardi 3 décembre, sur les ondes de la Rfi, le président Macky Sall qui estime que c'est un problème de poser un tel débat à l'entame de son quinquennat, dit préférer se concentrer pour faire de ce mandat une réussite.

Ce n'est pas demain la fin du débat sur le supposé projet de troisième mandat du président de la République, Macky Sall.

En effet, le président Macky Sall n'a pas saisi l'occasion qui lui a été offerte hier, mardi 3 décembre, lors du plateau exceptionnel «Débat africain» organisé par la Rfi, pour clore ledit débat qui fait couler beaucoup d'encre et de salive.

Il a tout simplement préféré adopter la ligne communicationnelle décrétée pour ses alliés de la mouvance présidentielle. Le chef de l'Etat a méthodiquement esquivé la question qui lui a été posée par le journaliste Alain Foka sur le troisième mandat.

Pour se tirer d'affaire, devant son homologue et président de la Côte d'Ivoire, Alassane Dramane Ouattara, de Kristalina Georgieva, Directrice générale du Fonds monétaire international (Fmi) et de Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes, le président Macky Sall a exprimé son étonnement.

Pour lui, «ce qui est étonnant, c'est que pour un président qui vient d'être élu, on pose déjà le débat du troisième mandat». Il estime ainsi que cela pose problème d'autant plus que, se dédouane-t-il, «moi, je viens d'être élu il y a à peine 6 mois». Une occasion pour lui de revenir sur l'enjeu du moment.

Il révèle à cet effet que «ce que je dis à mes amis politiques de mon bord, c'est concentrons-nous pour faire de ce mandat une réussite».

Donc, à l'image de ses lieutenants qui dévient systématiquement la question, le chef de l'Etat, Macky Sall trouve que ce débat autour du mandat est prématuré et doit être laissé à ses adversaires politiques. Il dira ainsi comprendre «que l'opposition en fasse son débat».

De toute évidence, ladite question est un tabou pour l'ensemble de la mouvance présidentielle, depuis les sorties de l'ancien Directeur des sénégalais de l'extérieur, Sory Kaba, et l'ancien président du groupe parlementaire de Benno Bokk Yaakaar (Bby), Moustapha Diakhaté, qui leur ont valu d'ailleurs leur limogeage.

Depuis lors, la ligne communicationnelle fixée par le président Macky Sall à son camp et ses alliés de la majorité présidentielle semble être respectée à la lettre.

Bien évidemment à part, peut-être, la sortie du désormais ancien député Seydina Fall Boughazelli, qui a soutenu ouvertement la thèse du troisième mandat pour Macky Sall. Il est actuellement sous mandat de dépôt à Reubeuss dans le cadre de l'affaire des faux billets dans laquelle il est cité.

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.