Sénégal: Familles et avocats des victimes de Habré en conférence de presse à Dakar - «La campagne pour sa libération a semé le désarroi chez les victimes de son régime»

4 Décembre 2019

La «campagne pour la libération» de l'ancien président tchadien Hissein Habré qui, selon des organisations de défense de défense des droits humains est éligible à une «grâce médicale» «a semé le désarroi chez les victimes de son régime». C'est ce qui ressort du face à face avec la presse des associations de familles des victimes du régime de Hissein Habré et leurs avocats à Dakar.

Les associations de familles des victimes du régime de Hissein Habré et leurs avocats ont fait face à la presse hier, mercredi 3 décembre à Dakar. A cette occasion, ils ont déploré ce qu'ils appellent la «campagne» déroulée ces derniers jours par la défense du président Habré pour sa libération.

«La campagne pour sa libération a dès lors semé le désarroi parmi les victimes de son régime qui portent encore les stigmates des violations qu'elles ont subies», déclare Me Assane Dioma Ndiaye, un des avocats des familles des victimes, dans Dakaractu.

Selon lui, «une éventuelle grâce devait passer par une procédure transparente impliquant l'Union africaine et les parties civiles». Et, «la gravité des crimes imputés à Hissein Habré empêche aussi une libération anticipée.

La grâce en faveur d'une personne condamnée pour crimes contre l'humanité et de la torture est une claire violation de l'obligation de sanctionner ces crimes, comme l'ont fait toutes les instances internationales».

En outre, la robe noire rappelle que « les Chambres africaines extraordinaires ont ordonné à M. Habré de payer 82 milliards de F CFA à 7396 personnes désignées. À ce jour, il n'a toujours pas versé un seul centime».

Par conséquent, une grâce causerait un «choc et la désillusion pour ces victimes, si après 25 ans de lutte acharnée pour la justice, Hissein Habré est libéré avant même qu'elles ne reçoivent la moindre de réparation».

Dans Rfi, Clément Abaïfouta, le président de l'Association des Victimes des Crimes du Régime de Hissein Habré (AVCRHH) souligne que son téléphone n'arrête pas de sonner.

Des appels de victimes tchadiennes du régime d'Hissein Habré, inquiètes de la campagne pour sa libération.

C'est pourquoi il a fait le voyage depuis Ndjamena pour «dire la vérité. C'est un procès historique. Il faudrait être un peu plus sérieux vis-à-vis de ce procès qui a fait du bien à l'Afrique ».

Pour lui, si Hissein Habré est vraiment malade, alors il doit être soigné. Mais il doit purger sa peine. «Habré est dans sa cellule. Il a une télévision, un petit-déjeuner. Nous, nous n'avions même pas un bout de natte.

Les victimes sont en train de souffrir à Ndjamena et réclament des réparations qui tardent à venir. On n'en parle pas. Madame Habré parle de son mari, mais qu'on parle aussi des victimes».

D'ailleurs, poursuit-t-il, «Habré n'a pas été condamné par la justice sénégalaise. Il a été condamné par la procédure internationale. Le Sénégal à lui seul ne peut pas se permettre d'accorder une grâce à Habré».

Pour rappel, c'est le 12 novembre dernier que Mme Fatimé Raymonne Habré, l'épouse de l'ex-chef de l'État tchadien, condamné en mai 2016 à la prison à vie à Dakar, a remis au gout du jour la maladie de M. Habré.

Une santé précaire, qui serait incompatible avec sa détention, qu'elle n'a de cesse déploré depuis juin 2015. Face à cette situation, le Forum du justiciable a plaidé pour une «grâce médicale» pour le président Habré.

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.