Congo-Kinshasa: Nations Unies - Denise Nyakeru proclamée « Championne de la Prévention de la Violence Sexuelle liée aux conflits »

4 Décembre 2019

Depuis la prise de fonction de son mari, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo comme président de la République Démocratique du Congo, Denise Nyakeru ne cesse de venir à la rescousse des femmes comme des enfants victimes des violences sexuelles.

Vu sa détermination et son souci majeur de voir la femme congolaise mener une vie normale, Pramila Patten, Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée la question des violences sexuelles commises en période de conflit, a décidé de lui décerner le diplôme de « Championne de la Prévention de la Violence Sexuelle liée aux conflits ». La cérémonie de remise de cette distinction honorifique a eu lieu hier mardi 3 décembre 2019, au salon Congo du Pullman Hôtel Kinshasa.

Selon les statistiques des Nations-Unies, "une femme sur 3 est victime de violence au cours de sa vie (coups, viols, abus), soit 1 milliard à travers le monde »... « Une fille mineure est mariée de force toutes les 2 secondes, soit plus de 40.000 par jour"... "Les hommes et les garçons sont également victimes de violences sexuelles liées aux conflits », etc.

La Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit a souligné que les violences sexuelles constituent une menace pour la vie et le bien-être des personnes et des communautés. Ainsi, elle estime que cela ne doit plus être toléré. Aussi a-t-elle invité les femmes victimes de briser le silence puisque la vie humaine est sacrée.

Pramila Patten a salué la volonté de la première Dame de la RDC de collaborer avec son institution, d'autant plus que le changement de mode de vie concerne tous les peuples. Elle a également fait remarquer que la violence sexuelle liée au conflit armé constitue une menace sérieuse pour la paix. Elle a relevé qu'elle fait partie des méthodes de guerre utilisées par les forces négatives au Mali, en RDC, etc. Pramila Patten a attiré l'attention de tous sur la nécessité de bâtir un nouveau monde, un monde de paix.

« La RDC ne doit plus être la capitale du viol »

Intervenant pour la circonstance, Denise Nyakeru a martelé que « La RDC ne doit plus être la capitale du viol et aucun pays au monde ne mérite d'être associé à cette qualification ». Elle a réitéré son engagement à poursuivre le combat et invité tout un chacun à mettre la main à la pâte afin que cesse les violences liées aux conflits.

La première Dame de la RDC a évoqué la situation de l'Est du pays où, depuis plusieurs décennies, les femmes sont victimes de viols, les familles sont divisées, les foyers sont déchirés, les filles sont porteuses d'enfants sans pères connus suite aux viols. Tout cela ne peut prendre fin que grâce à l'implication de tous.

Elle a ainsi remercié tous ceux qui contribuent déjà à la lutte contre les violences sexuelles et viennent en aide aux victimes. Elle a cité particulièrement le docteur Denis Mukwege. Elle a enfin rendu hommage au Chef de l'Etat pour son soutien et son accompagnement pour gagner le pari de zéro violence sexuelle liée aux conflits en RDC.

L'homme au centre de tout

Prenant la parole à son tour, la Conseillère du Chef de l'Etat en matière de violences sexuelles a rappelé que la nouvelle vision de l'autorité suprême du pays est que l'homme soit au centre de tout. Par conséquent, les droits de la femme, l'égalité homme-femme ainsi que la lutte acharnée contre les violences sexuelles liées aux conflits constituent des défis immenses à relever. Pour y parvenir, la RDC mise sur le retour de la "paix" sur l'ensemble de son territoire mais aussi dans la région et dans le monde.Dorcas NSOMUE

Ne ratez pas ce que tout le monde regarde

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 600 articles par jour provenant de plus de 140 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.